Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Grand Theft Auto Vice City Stories

Grand Theft Auto Vice City Stories

Bien décidé à s’imposer comme le champion en titre du recyclage de jeu vidéo, Rockstar sort donc son adaptation du jeu PS2 sur PSP sur… PS2. La boucle est bouclée, reste à voir si tout cela ne tourne pas trop en rond.
Il était une fois Vic Vance, un gars qui prétendait vouloir éviter les ennuies mais plongeait dedans la tête la première. Engagé dans l’armée pour aider sa famille, notre héro va faire de bien mauvaises rencontres qui vont rapidement lui faire revoir son plan de carrière pour une approche un peu plus… Tony Montanesque.

Deux frères à Miami

Il faut bien l’admettre, l’idée de fouler à nouveau le bitume de Vice City n’est pas déplaisante, car l’ambiance 80’s est pour beaucoup la plus réussie de toute la série des GTA. Comme à son habitude, Rockstar multiplie les personnages caricaturaux (notamment le frère du héros) et les situations délirantes ou équivoques à travers des briefings amusants parfaitement joués. On enchaîne rapidement des missions variées : courses-poursuites, fusillades, protection, vol de véhicules, manutention de marchandises, destruction…Rien de foncièrement nouveau même si globalement, cela s’avère toujours aussi efficace. On apprécie aussi que le héro puisse nager (temporairement, selon votre endurance) et piloter des jetskis ou des avions. L’une des réelles grosses nouveautés de cet opus réside dans le mode Empire, nettement plus développé que les rudimentaires achats de commerces du précédent Vice City. On peut ici récupérer des entreprises, les « convertir » (prostitution, drogue, armes…), embaucher des hommes de mains, attaquer les biens des gangs adverses ou protéger les votre. Un air de Scarface qui s’avère plutôt agréable.Déjà-vu

Malheureusement, tout n’est pas rose à Vice City. Première source de déception : la récurrence des sempiternels défauts. Si le pilotage demeure le point fort de la série, les phases d’action à pied sont tout simplement insupportables : manque de précision de tirs (qui entraîne parfois de Game Over frustrant), manque d’animations lors de combats, sauts ridicules… ce qui était pardonnable il y a 5 ans ne l’est plus.A cela s’ajoute l’inévitable absence du plaisir de la découverte. Les baroudeurs du Vice City original connaissent déjà la ville par cœur et n’y trouveront rien de bien nouveau, si ce n’est un pincement au cœur en passant devant des lieux (comme la résidence de Starfish Island) qui autrefois leur appartenaient. Pire même, on s’y sent terriblement à l’étroit après les grands espaces et la diversité de San Andreas.Pour collectionneurs ?

Ne vous y trompez pas, VCS demeure un titre riche, sympa, à l’ambiance très réussi qui saura vous occuper un bon moment. Mais il reste très en deçà de San Andreas et, si par malheur, vous avez tâté d’autres GTA-Like récents sur PC ou Xbox 360, le retour aux sources risque d’être excessivement douloureux.

Test réalisé par Frédéric Dufresne

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux joueurs de plus de 18 ans.
- Aux fans de GTA.
- Aux nostalgiques des années 80.

Vous aimerez si vous avez aimé :
- GTA Vice City
- Scarface The World is Yours
- Saints Row