Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

God of War : Ghost of Sparta

God of War : Ghost of Sparta

Après avoir brillé sur PS3, Kratos revient rendre visite à la PSP et offre à la console un jeu techniquement saisissant, à défaut d’être très original. Visite guidée.
God of War : Ghost of Sparta rappelle beaucoup Chains of Olympus, le précédent volet PSP qui lui-même est une copie carbone des épisodes PS2. On navigue donc immédiatement en terrain connu. Le scénario revisite une fois de plus la mythologie grecque et donne toujours dans la simplicité : il s’agit de sauver le frère de Kratos, Deimos, des griffes du dieu de la Mort, Thanatos. Une mission qui ressemble fort à du suicide et qui donne l’occasion de quelques flash-back permettant d’assister aux premières loges à l’enfance de Kratos à Sparte durant un passage qui rappelle beaucoup 300.

La garantie de l’efficacité maximale
Comme toujours, God of War s’appuie sur un système de jeu très simple qui sait rester fluide et intuitif en toute circonstance. On récupère armes et magie en progressant dans les niveaux et avec les orbes rouges on fait évoluer la puissance de l’arsenal de destruction de Kratos mais aussi sa force brute en débloquant de nombreux combos. Parmi les nouveautés, on peut mentionner le Fléau de Théra. Il s’active à l’aide d’une jauge propre qui, lorsqu’elle se remplit (de manière automatique après un temps de rechargement), permet à Kratos d’enflammer ses lames pour briser les boucliers et armures ennemis. Autre possibilité, en maintenant les tranches L et R, il peut projeter ses ennemis à terre pour les rouer de coups.

Kratos n’est pas un pacifiste

Ghost of Sparta est mené tambour battant et c’est à la fois une qualité parce que l’aventure est très rythmée, mais c’est aussi un peu regrettable parce qu’on a l’impression de terminer un combat pour tomber sur un autre. Si les phases de plateforme et d’exploration sont toujours là, notamment via des passages sous-marins assez réussis, elles sont moins mises en avant et les occasions de profiter des magnifiques décors sont finalement très rares. C’est dommage parce que le jeu reste impressionnant sur le plan visuel. Kratos n’a rien perdu de sa violence puisque le jeu marche sur les traces de God of War III de ce point de vue. C’est notamment visible lors des QTE contre les plus gros ennemis ou les Boss. Kratos s’emballe et offre un vrai festival de tripailles. L’impact physique de chaque coup est bien rendu, malgré l’absence de vibrations, et les combos déclenchent une frénésie destructrice. C’est plus que jamais la marque de fabrique de la série et Ghost of Sparta fait tout pour le rappeler.

Rien de nouveau sous le soleil

En plus de l’aventure principale, Ghost of Sparta propose un mode Arène qui permet d’enchaîner les combats. A noter qu’on peut également choisir Deimos, son frère, dans ce mode histoire de varier un peu les plaisirs. Sans réelles surprises, ce nouveau God of War sur PSP s’appuie sur une recette solide et se parcourt avec plaisir grâce à des mécaniques efficaces et une réalisation brillante. Cela dit, pour le futur de la série, il convient de remettre les choses à plat pour apporter de vraies évolutions. En attendant, la Grèce reste une destination de choix en cette fin d’année sur la portable de Sony, c’est déjà ça.

Test réalisé par Emmanuel Touchais.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux joueurs de plus de 18 ans
- A ceux qui aiment la série God of War
- A ceux qui aiment la mythologie grecque

Vous aimerez si vous avez aimé :
- God of War : Chains of Olympus