Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Folklore

Folklore

Titre exclusif à la PS3, Folklore vous plonge dans une rencontre troublante avec les morts. Sorte de mélange entre RPG et beat’em all, le soft bénéficie d’une ambiance accrocheuse. Mais est-ce suffisant ?
Le manque d’exclusivité de qualité reste préjudiciable à la PS3. Avec Folklore, y a-t-il de quoi inverser la tendance ? Une chose est sûre, le soft se veut original. Car d’entrée vous suivez deux héros. Ellen, une jeune fille de 22 ans, a perdu sa mère à l’âge de 5 ans. Elle reçoit une lettre mystérieuse d’une femme prétendant être celle-ci. La voici embarquée vers Doolin, le village des morts. Mais elle n’est pas seul. Keats, rédacteur en chef d’un magazine ésotérique, reçoit un coup de téléphone anonyme qui le conduit lui aussi à Doolin.

Histoires croisées

Ellen et Keats suivent chacun leur aventure. Le joueur peut jouer tous les chapitres d’un personnage puis de l’autre, ou alterner. Chaque héros permet de voir la narration d’un point de vue, et les deux histoires se croisant (et les personnages se rencontrant), c’est en combinant les éléments de narration de chacun que les clés du scénario vous seront livrées.
C’est original vu comme ça, mais cela s’avère moins amusant quand vous rejouez les mêmes niveaux avec les deux personnages. Du coup, ça sent la méthode artificielle pour rallonger la durée de vie, et l’aspect répétitif risque d’agacer tant la ficelle parait grosse !
Vos aventures vont alterner entre le monde réel du village de Doolin, où vous enquêtez, et des phases d’action dans le Netherworld : le monde des morts. Un monde dans lequel les deux personnages chercheront des réponses à leurs questions. Mais surtout, au début, trouveront plus de questions que de réponses.

Le charme d’un monde féerique

Le monde des morts n’a rien de cauchemardesque. Au contraire, il se révèle haut en couleurs, peuplé de créatures magiques. Les Folks, les esprits des morts, font apparaître des êtres éthérés à la fois improbables et magnifiques. Dans ce monde, nos héros disposent de pouvoirs. Pour combattre les Folks, ils peuvent les absorber puis les utiliser contre leurs congénères. Quatre de ces entités assignés à chaque bouton du pad, et c’est parti pour un Pokémon-like. Car les phases de combat, très beat’em all, vous demandent d’utiliser les bons Folks contre ceux que vous rencontrez, en fonction de leur sensibilité. Une fois la créature K.O., un mouvement du Sixaxis et vous l’absorbez.

Trop de défauts

Le problème, c’est que ces phases de castagne révèlent les faiblesses inacceptables de la caméra. La "puissance" du next-gen, on la sent bien quand elle n’est pas fichue de montrer l’action correctement, d’autant que le stick droit ne permet pas de recentrer la vue.
En outre, le "level design" manque clairement d’inspiration. Les niveaux s’avèrent étroits, extrêmement dirigistes, avec le retour version HD des fameux murs invisibles. Et en plus vous devrez donc vous les farcir deux fois (une fois par personnage).
Ajoutez que la carte n’aidera pas à vous guider tellement celle-ci se révèle brouillonne. La narration manque aussi cruellement de rythme, alternant entre phases sous forme de cinématique, de papotage en face à face, et de BD. Par moment pas de voix, que du texte. Le montage assez étrange paraîtra original, mais Dieu que c’est longuet à se mettre en place !

Au final, ce titre ambitieux et artistiquement réussi se paie un mur par excès de maladresses. Le magnifique monde magique créé semble mal exploité, ce qui est vraiment regrettable. Si vous êtes sensible à des ambiances soignées, alors Folklore vous accrochera. Mais sans ces maladresses les développeurs pouvaient nous livrer un hit en puissance. Pour la prochaine fois ?

Test réalisé par Arnaud Papeguay.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux joueurs à partir de 12 ans
- Aux joueurs qui veulent découvrir une aventure et un monde féeriques
- A ceux qui ne sont pas gênés par le fait de parcourir deux fois le monde


Vous aimerez si vous avez aimé :
- Enchanted Arms
- Untold Legends : Le Royaume des Ténèbres