Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

FIFA 11

FIFA 11

Installé dans son fauteuil de leader, FIFA prétend conserver cette place avec une édition 2011 qui veut avant tout mettre en avant les personnalités des joueurs. Concrètement, cela se traduit-il par une révolution ?
Fort des bases instaurées avec le très bon FIFA 10, EA Canada poursuit l’évolution de sa franchise footballistique. Cette année, la volonté affichée était de pousser plus loin le réalisme et de plus différencier les footballeurs entre eux. Pari tenu ? En entrant sur le terrain, cette cuvée 2011 rappelle beaucoup l’opus 2010 de prime abord. Puis au fil des matchs des différences apparaissent, certes bien présentes mais pas aussi révolutionnaires que les autres années.

The show must go on
L’apport visuel de FIFA 11 par rapport à son prédécesseur se fait avant tout sur de petits détails, en particulier au niveau des visages dont la modélisation s’avère plus fine. Sinon, peu de différences sont visibles et l’ambiance sur le terrain reste bien celle qu’on attend d’un FIFA. Petit à petit, on note par contre une évolution dans le gameplay, en particulier via le système dit Personality +. Concrètement, on voit grâce à lui Messi tricoter comme un dieu, Toulalan avoir un talent de récupérateur de balle presque "too much", etc. C’est aussi là où le bât blesse : les personnalités semblent un peu trop caricaturales, notamment lorsque l’intelligence artificielle est aux commandes. Le FC Barcelone sert un football Champagne digne d’un jour où tous ses joueurs ont la patate du siècle. Et ces personnalités propres ne semblent affecter que les stars et pas spécialement les footballeurs modélisés dans le jeu. Certes on doit reconnaître l’apport indéniable de ce système qui permet de s’appuyer sur les joueurs dont le talent apporte une solution à la situation de jeu, comme en vrai. En outre, les sportifs peuvent se rater et manquer un geste technique que vous, joueur, avez parfaitement accompli pad en main : sortie de gardien hasardeuse, passe n’aboutissant pas, tir qui dévisse peuvent frustrer. Une autre nouveauté de gameplay se cache dans un mode de contrôle appelé Pro Passing. Celui-ci donne au joueur la possibilité de gérer totalement manuellement le jeu de passe. C’est "hardcore", voire un peu trop puisqu’il faudra sans cesse contrôler la balle à la réception d’une passe avant de vouloir en adresser une nouvelle à un autre footballeur (avec votre bon pied s’il vous plait). Le rythme devient donc lent et la construction bien plus difficile, voire assez aléatoire. Il faut aimer !

Plus de contenu, toujours plus !

Le gros apport de cette année se trouve dans le nouveau mode carrière. Il permet de créer un Pro Virtuel utilisable dans tous les modes de jeu afin de le faire évoluer. De plus, ce mode vous laisse trois choix : jouer votre carrière comme entraîneur, comme joueur ou comme joueur-entraîneur. Cette dernière option cumule la partie gestion et l’aspect jeu de rôle dans lequel vous faites progresser votre Pro Virtuel au fil des défis. Sur le terrain, il s’avère possible de contrôler uniquement son pro ou l’ensemble de l’équipe, comme lors d’un match normal. La négociation des contrats s’effectue de manière crédible, avec la préalable acceptation du club à obtenir avant celle du joueur. On regrette juste le manque d’options permettant de mettre dans la balance un échange de joueurs. Pour la première fois, FIFA permet aussi d’incarner un gardien de but. Oui, il fallait oser, et au-delà du côté clin d’œil on finit vite par s’ennuyer à ce poste tant l’intelligence artificielle peine à nous placer dans des situations différentes. Mais voilà, il fallait essayer et on peut se dire qu’EA Canada saura faire progresser cet aspect de son titre. FIFA 11 se montre plaisant à jouer mais ne révolutionne pas la franchise. On oserait presque dire que, pour la première fois depuis quelques années, le soft aurait même tendance à ralentir son évolution. Or il y a danger à stagner quand PES, de son côté, ose tout remettre à plat. Ca entretient le suspens !

Test réalisé par Arnaud Papeguay.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux joueurs à partir de 3 ans
- A ceux qui ne conçoivent pas le football sans licence officielle
- Aux joueurs qui aiment tricoter avec de super dribleurs
- A ceux qui aiment le spectacle

Vous aimerez si vous avez aimé :
- FIFA 10
- Coupe du Monde de la FIFA: Afrique du Sud 2010