Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Dungeon Siege

Dungeon Siege

Dungeon Siege va vous entraîner dans de lointaines contrées, de sombres donjons et de vastes territoires peuplés de monstres assoiffés d'aventuriers dans votre genre. Saurez-vous relever le défi et demeurer en vie ? Pas sûr du tout...
Il est des jeux qui font invariablement penser à d'autres... Dungeon Siege fait partie de ceux là. Comment en effet ne pas se remémorer un certain Diablo II en se lançant dans l'aventure concoctée par le papa de Total Annihilation, Chris Taylor ? Même type de jeu (pas vraiment un jeu de rôle pur et dur à la Baldur's Gate), même type d'interface (avec un plus à celle de Dungeon Siege, on va y revenir) et même vastes contrées inexplorées. Pourtant, autant dire tout de suite que Dungeon Siege se démarque par son moteur 3D impeccable donnant un rôle primordial aux reliefs lors des combats.

Chapeau le moteur 3D !

Voilà un moteur qui tourne même sur des configurations bas de gamme (du type Celeron et carte 3D 32 Mo de Ram) et qui permet des rotations à 360° et des zooms spectaculaires. Ainsi, au plus fort des combats, il suffit de bouger "un chouilla" la souris pour recadrer la scène. Car il faut bien dire que ça castagne sec dans Dungeon Siege. Et même si vous débutez l'aventure en solo, bien vite, des personnages vont se joindre à vous afin de découvrir pourquoi les stupides Krugs s'en prennent au royaume de Ehb. Magiciens, mercenaires, sorciers, etc.
Tous, moyennant un peu d'argent, ne vous lâcheront plus la semelle. Vous aurez même l'occasion d'acheter une mule qui portera vos affaires encombrantes (armures, armes, sorts, potions, etc.) qui pourraient vite remplir votre inventaire.
Chapeau l'interface !

L'interface de Dungeon Siege est bien conçue. Il suffit de cliquer-glisser les objets pour les donner aux autres membres de l'équipe et un système de menus déroulant permet rapidement de changer le sort actif ou l'arme, ajouter une armure plus résistante, modifier la formation du groupe et la manière de réagir face à un ennemi. De plus, une touche Pause permet de donner calmement des ordres à chacun avant d'engager les combats.
On retrouve comme dans Diablo II les fioles rouges et bleues, à boire d'urgence lorsque le besoin s'en fait sentir. Enfin, d'autres icônes donnent accès aux quêtes en cours ainsi qu'à une vue aérienne fort pratique pour guider la troupe à travers certains donjons labyrinthiques.

Un monde d'un seul bloc

Le monde de Dungeon Siege se charge une bonne fois pour toute au début du jeu. Ensuite, où que vous alliez, entriez dans une grotte, le sous-sol d'une maison, une mine, etc. plus aucun chargement n'interviendra. Ceci renforce le côté vivant du royaume de Ehb. En revanche, ne vous attendez pas à un monde à la Daggerfall, gigantesque et à travers lequel il faut parcourir des kilomètres avant d'apercevoir la moindre ville. Ici, un seul chemin cadre la progression de l'aventure, ce qui rend le tout beaucoup trop linéaire.
Et lorsque vous récupérez une quête (principalement en discutant avec les personnages), mieux vaut la mener à bien sans quoi vous risqueriez d'être bloqué par la suite. On aurait aimé des myriades de quêtes annexes afin de rendre ce monde encore plus vivant.
Des compétences en temps réel

L'interface vous tient informé en temps réel de la maîtrise de vos personnages par rapport à telle ou telle arme. Et ce, grâce à des jauges spécifiques. En effet, quatre types de compétences lors des combats sont disponibles (corps à corps, à distance, magie naturelle et magie de guerre) et en fonction du type d'armes utilisé, vos personnages s'améliorent dans l'une ou l'autre de ces compétences. Les dégâts sont augmentés à chaque passage de niveau. Logique ! Là encore, les concepteurs ont voulu faire simple et le résultat est impressionnant.
Tout ça nous fait dire que Dungeon Siege s'adresse à tous, et en particulier à ceux qui veulent s'essayer à ce type de jeu. Ils risquent vite d'y passer des heures.

Un véritable mode multijoueurs ?

Si le mode solo reste, somme toute, assez bien monté, on se heurte d'entrée de jeu à certains déséquilibres lorsqu'il s'agit d'effectuer une petite partie réseau entre amis. L'évolution des classes de personnage, au sein d'un même groupe, présente des inégalités qui favorise les individualités plutôt que le jeu en équipe. Ainsi, un guerrier prendra plus vite des niveaux qu'un magicien, et ses aptitudes grimperont beaucoup plus rapidement. Le partage relativement partial des points d'expérience n'incite pas à s'orienter vers les arcanes magiques, en spécialisation nature de surcroît. Si l'on retrouve avec bonheur l'intégralité de la campagne single, ainsi qu'un scénario inédit, Dungeon Siege n'a manifestement pas été pensé pour le multijoueurs. Espérons que dans un prochain patch...

Test réalisé par Stéphane Philippon et Fred

Avis de la rédaction

A qui s'adresse ce jeu ?
- Ceux qui veulent de la baston médiévale
- Ceux qui attendent Diablo III...
- Au grand public


Vous aimerez si vous avez aimé :
- Diablo II
- Might and Magic 8