Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Dragon Ball Z : Battle of Z

Après les Tenkaichi et les Raging Blast, la licence Dragon Ball tente de proposer une nouvelle approche de la castagne vidéo-ludique. Malheureusement, cette tentative peine à convaincre...
Ce volet inédit de la licence Dragon Ball Z opte pour un style en équipe, un peu plus stratégique. Aux commandes de votre personnage préféré et accompagné de trois alliés, vous devez terrasser vos adversaires, au gré des missions. Celles-ci reprennent les principaux arcs scénaristiques, ainsi que quelques films marquants, en particulier le récent Battles of Gods. Ici, la maniabilité, très basique, reste la même pour tout le monde. L’originalité vient du fait que chaque personnage est spécialisé dans une compétence particulière : le combat rapproché, ou éloigné, les soins aux alliés, ou l’interférence des assauts adverses. La clé de la victoire repose sur la composition de vos équipes et la tactique adoptée. L’idée semble d’autant plus intéressante qu’il est possible de jouer chaque mission du mode histoire à plusieurs, en coopération en ligne, et de combattre à huit, ou quatre contre quatre.

Caméra-méaaaaaahh !!!
Malheureusement, une fois la manette en main, c’est une autre histoire. Le jeu souffre d’un placement de caméra atroce, qui transforme la lecture du combat en véritable sacerdoce visuel. À cela s’ajoute une intelligence artificielle calamiteuse chez vos alliés, en solo. Et le pire, c’est que le jeu devient super dur à partir de l’arc de Boo (heureusement que la coopération en ligne est là). Les graphismes moyens n’arrangent rien et le déroulement de l’histoire, relaté par des cinématiques vraiment cheap, ne fait pas honneur aux fans. Bref, s’il titille la curiosité un temps et qu’il reste un minimum défoulant à plusieurs, Dragon Ball Z : Battle of Z a malheureusement tendance à énerver plus qu’autre chose. De quoi devenir soi-même tout blond, avec les cheveux dressés sur la tête et les veines qui ressortent.

Test réalisé par Emmanuel Bahu-Leyser.