Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Dead or Alive 5

Dead or Alive 5

Un studio, c’est une équipe, une multitude de talents. Pourtant, il suffit parfois qu’une personne parte pour que tout change. Après un médiocre Ninja Gaiden, la Team Ninja doit prouver qu’elle peut survivre à l’absence d’Itagaki.
A défaut d’appartenir au gratin de la baston déchainant les foules lors de tournois internationaux, Dead or Alive offre généralement une alternative fiable. Le défouloir sympatoche et agréable à regarder que l’on peut sortir pour une soirée entre amis. Néanmoins, conserver ce statut nécessite de réels efforts, or ceux de la Team Ninja laissent parfois perplexe.

Défier les lois de la gravité

La série s’est toujours distinguée par la plastique de ses héroïnes et les développeurs ont littéralement mis le paquet sur les poitrines de ses personnages qui s’exposent et rebondissent dans tous les sens. Ce n’est pas forcément désagréable (j’assume mes hormones) sauf que le soin apporté aux modèles se paye au niveau des environnements.A quelques exceptions près, ils sont mornes, ternes, loin de la beauté du précédent opus ou du récent Tekken. Le silicone était-il vraiment la priorité ? L’aspect interactif des arènes demeure présent, généralement avec des mises en scènes spectaculaires (explosions, crash d’hélico, canon…). Pourtant, leur intégration dans les combats semble moins naturelle avec des déclenchements – hors attaque spéciale - relevant souvent plus du hasard que de la volonté. Et il est toujours étrange de voir vos personnages traverser des murs de pierre mais rebondir contre une petite barrière en bois.

Et hop, sans les neurones

Côté modes de jeu, l’Histoire, imposée pour débloquer certains personnages, est nulle. Narration décousue, dialogues ridicules, personnages se battant pour des motifs débiles ("quoi, tu dis que ma moto ne sert à rien en pleine mer ? j’vais te défoncer"). Heureusement, DOA 5 offre d’autres options comme le Score Attack (Arcade), le Time Attack, la Survie, des entrainements complets et bien sur l’option des combats en équipe (2 contre 2). Côté multijoueur, outre les affrontements en ligne, on peut échanger et visionner des matchs. Bref, de l’exhaustif à défaut d’originalité. Alors où le jeu peut-il vraiment briller ? Dans les combats ? Il est vrai que l’on retrouve un système triangulaire (frappe-projection-contre) dynamique et relativement intuitif. Reste que la bonne vingtaine de personnages présents fait léger face à la concurrence, d’autant que si l’on retire les transfuges de Virtua Fighter (Akira, Sarah et Pai), il n’y que deux arrivants : Mila (MMA) et Rig (Taekwondo). C’est plutôt au niveau du gameplay qu’il faut chercher des nouveautés importantes.

Attaque, attaque, attaque

L’Impact Critique, sans être un véritable brise-garde, provoque des déséquilibres laissant des ouvertures. Les joueurs offensifs seront ravis, d’autant qu’entre les jongles, les explosions et autres joyeusetés du genre, on peut ôter facilement 30 à 40% de la vie de l’adversaire sans qu’il puisse réagir. Pour les adeptes du jeu plus posé par contre… Entre les variations rapides de hauteur d’attaques, les contres nécessitant un timing hyper précis et une direction propre au coup encaissé, plus cet Impact Critique, la défense semble désormais un luxe réservé aux pros. Quant au Coup Puissant, il permet, lorsque l’on a perdu la moitié de sa vie, de sortir une attaque dévastatrice, voire de projeter sa victime sur un élément interactif. Le concept est bon, le rendu spectaculaire mais la mécanique discutable. En effet, ce coup reste disponible jusqu’à ce que vous le réussissiez, que ce soit à la première tentative ou la 5ème. Alors, certes, il faut le charger longuement mais c’est tout de même généreux. A l’arrivée, même si DOA 5 reste distrayant, l’écart de contenu et de finition par rapport à Street Fighter X Tekken ou Tekken Tag Tournament 2 se creuse inexorablement. Après 6 ans d’attente, on espérait plus.

Test réalisé par Frédéric Dufresne.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux joueurs de plus de 16 ans.
- Aux fans de Dead or Alive 5.

Vous aimerez si vous avez aimé :
- Dead or Alive 4