Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Crysis 3

Crysis 3

La lutte finale contre les Cephs, ces envahisseurs extraterrestres, a commencé. Mais sont-ils bien la seule menace qui pèse sur l’humanité ? Ah, ces indémodables complots !
Spectaculaire mais plus linéaire que son prédécesseur, Crysis 2 avait pu rendre les joueurs ronchons. En effet, le premier épisode, conçu pour le PC, se distinguait par sa liberté d’action. Avec Crysis 3, le studio Crytek avait promis un retour aux sources. C’est en partie vrai, mais pas totalement.

Bordel maximum

Le héros, Prophet, signe son retour. On s’en doutait malgré sa mort dans Crysis 2 quand son successeur, Alcatraz, absorbé par la nanocombinaison transmise par un Prophet agonisant, déclare : "On m’appelle Prophet." Trahi et arrêté par la milice privée du C.E.L.L., notre héros a loupé l’évolution radicale de la société.Le C.E.L.L. s’est approprié la victoire contre les Cephs. New York, ravagé, est placé sous un dôme contrôlé par leurs forces. Une véritable dictature a été instaurée, la ville est devenue un marécage avec ses zones interdites et quelques Cephs désemparés qui errent sans but. Le C.E.L.L. semble être l’ennemi numéro 1, et c’est pour lutter contre lui que Psycho, dernier survivant du commando dirigé par Prophet, vient libérer ce dernier. Si vous avez réussi à suivre jusqu’ici, vous l’avez compris, c’est le bordel ! Vos premiers pas dans la ville laissent pantois : voir les buildings percés par la végétation, les avenues transformées en cours d’eau ou les plantes grimpantes enserrer panneaux de signalisations et feux tricolores colle une véritable claque. Chinatown ? Le quartier est plongé dans l’obscurité et transformé en marais. Un barrage hydroélectrique en pleine ville ? Non, vous ne rêvez pas ! Les terrains de jeu proposés par le dôme, incluant des objectifs secondaires qui peuvent vous faire gagner quelques soutiens pour votre mission, s’avèrent plus vastes que les niveaux de Crysis 2. Toutefois, pas la peine de rêver, la liberté du premier opus n’est pas non plus retrouvée.

Nanocombinaison, maxipouvoirs

La nanocombinaison gagne également en subtilité. Le joueur débloque au fil de l’aventure des fonctions avancées en les payant avec des kits trouvés sur le terrain. La fonction viseur de la combinaison se révèle bien utile pour scanner les environs avant tout engagement afin, non seulement de marquer les ennemis, mais aussi de repérer les kits, les armes, munitions et fichiers contenant des informations sur l’univers de Crysis et les Cephs. Quatre fonctions avancées de la combinaison peuvent être utilisées ensemble afin de définir un profil correspondant à votre façon de jouer (maximisation de la furtivité, de l’endurance ou encore de la résistance). Un bémol toutefois : comme dans tous les Crysis, l’efficacité de la furtivité est si abusée qu’au final on se balade tout le temps avec ce profil d’armure. Tout puissant, le joueur invisible colle des raclées à l’adversaire à tel point qu’augmenter rapidement le niveau de difficulté est indispensable pour ne pas se balader. Autre grief : l’intelligence artificielle connait des ratés habituels à la série. La mystifier au corps à corps en disparaissant sous son nez s’avère trop aisé. A l’inverse, sans furtivité elle vous repère de loin alors que vous êtes planqué dans les hautes herbes. On marche sur la tête en termes de logique ! Crysis 3 offre toutefois une aventure plaisante qui apporte de nombreuses informations sur les Cephs et propose une histoire moins décousue que dans l’opus précédent.

Test réalisé par Arnaud Papeguay.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux joueurs à partir de 16 ans.
- Aux fans de la saga qui veulent connaitre le mot de la fin.
- A ceux qui aiment les environnements originaux.
- Aux joueurs qui adorent la furtivité.

Vous aimerez si vous avez aimé :
- Crysis
- Crysis 2
- Far Cry 3