Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Crash Bandicoot Fusion

Crash Bandicoot Fusion

L’espace d’un jeu de plate-forme GBA, Crash Bandicoot et Spyro le Dragon s’associent pour donner une bonne leçon à leurs ennemis jurés. Voilà qui pourrait bien sonner le glas des armées de Ripto et de Neo Cortex.
Faire s’insinuer Crash dans l’univers de Spyro (et vice et versa via Spyro Fusion), voilà une idée fort bien trouvée de la part des éditeurs Vivendi Universal. D’autant que lorsqu’on y pense, les 2 mascottes ont bien des choses en commun. Elles ont simultanément démarré leur carrière sur PSone dans la seconde moitié des années 90, elles ont toutes deux survécu à un changement d’équipe de développement, et chacune doit faire face à son propre lourdaud de service depuis près d’une décennie (Neo Cortex pour Crash, Ripto pour Spyro). D’ici à ce que dans la foulée les 2 affreux jojos ne s’unissent pour mener à bien leur plan de conquête planétaire, il n’y avait qu’un pas.

D’une pierre deux coups

La fusion entre les mondes de Crash et de Spyro, c’est l’occasion rêvée pour les 2 héros de régler leur compte à leur ennemi respectif. Toutefois, cela ne signifie pas que l’on dirige les 2 persos dans la même partie. Dans le cas présent, c’est Crash qui est à l’honneur, et Spyro apparaît davantage en tant que guest star par le biais de cinématiques ou encore l’espace d’un bref duel contre le renard orangé (eh oui, ça n’a pas collé d’emblée entre les 2 vedettes). Concernant le principe de jeu, en apparence, celui-ci s’annonce sans surprise. Le but est d’écumer 5 mondes hauts en couleurs et aux thèmes graphiques ultra prévisibles (paysage hivernal, décor de lave en fusion, alentours d’un château, etc.) pour récupérer gemmes et diamants permettant d’accéder aux mondes suivants. En fait, la première nouveauté flagrante de ce volet réside dans l’apparition de cartes à collectionner.
Au total de cent, celles-ci s’obtiennent soit au hasard des niveaux, soit par le biais de mini-jeux (bonto, roulette) et peuvent faire l’objet d’échanges pour ceux disposant d’un câble link et d’un pote doté d’un exemplaire de Spyro Fusion… Une bonne idée pour consacrer la réunion des 2 univers.
Des hauts et des bas

Pour ce qui est de la palette de mouvements de Crash, on en revient à l’essentiel avec les habituels sauts, doubles sauts, et attaques tourbillonnantes à la Taz. Certes, on peut regretter une telle simplification du gameplay, mais elle a le mérite d’ouvrir la série à un plus jeune public. Par contre, on admet que le jeu se rattrape sur la variété des épreuves. Au-delà du cassage de caisses et des chevauchés à dos d’ours polaire, le soft propose d’alterner entre toutes sortes d’exercices : soulevés d’altères, phases de shoot, tantôt façon Space Invaders, tantôt aux commandes de divers véhicules (tank, hélico), etc. Même si ces dernières ont tendance à se répéter au fil des mondes, le concept reste sympa, d’autant que les épreuves deviennent ensuite disponibles indépendamment de l’aventure (ce qui n’est pas du luxe puisque de par sa relative facilité d’accès la quête ne tient pas occupé plus de deux après-midi).
Ajoutez à cela 3 mini-jeux accessibles, un en duo avec chacun une cartouche, et deux autres jusqu’à quatre avec un ou plusieurs exemplaires du jeu, et question longévité, Crash s’en sort plutôt bien. En définitive, s’il est vrai que Crash Fusion surprend moins que prévu, il n’en reste pas moins un bon moment de plate-forme.

Test réalisé par Carine Larsen

Avis de la rédaction

A qui s'adresse ce jeu ?
- A tous les fanas de plate-forme, petits et grands
- A ceux qui ne s’attendent pas à un choc des titans
- A ceux qui ne misent pas sur une longévité mirobolante


Vous aimerez si vous avez aimé :
- Crash Bandicoot XS
- Crash Bandicoot 2 N-Tranced
- Spyro Fusion