Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Conker's Bad Fur Day

Conker's Bad Fur Day

L'iconoclasme s'est incarné ! Un jeu d'une imagination hardcore inimaginable est né. Cuisinez le nain de votre choix, il vous faut une N64, car Conker's Bad Fur Day pourrait être le jeu vidéo de la décennie.
Avec Conker, le jeu de plate-forme vient de pénétrer violemment une nouvelle dimension : la quatrième, celle de la brûlure au second degré, de la satire à tous crins, la rance irrévérence et l'ironie méphitique. Les 2 Banjo, Perfect Dark, Goldeneye, Donkey Kong 64, Jet Force Gemini... Rareware n'en est plus à fourbir ses armes sur la N64. On peut dire franco que Nintendo restait ni plus ni moins le seul à pouvoir rivaliser avec l'éditeur anglais sur sa propre console. Plus maintenant. Pour tout dire, la dernière prod' de Rare se targue d'une recommandation au plus de 16 ans. Alors même que Nintendo vise à l'inverse un public de moins de 16 printemps. Cherchez l'erreur !

Comète post-coma

Conker ne pouvait naître que d'une frustration. L'Angleterre et la N64 représentaient le double carcan idéal. Idéal pour faire jaillir l'ultime jeu de la transgression-subversion-régression-profanation. En une cartouche de 64 Mo, Rareware va réussir le tour de force de livrer l'apothéose du jeu de plate-forme sur N64, la plus mirifique réalisation sur la console et le plus abominable de ses sacrilèges. Il fallait sûrement que ça sorte un jour ou l'autre : Rare règle un poil ses comptes avec l'esprit Nintendo et lui balance ses 4 sévérités.
Un peu à la manière de l'hérétique Tex Avery, qui mettait en pièces les sacro-saintes règles érigées par l'Eglise Disney. Sauf qu'en l'occurrence l'offensive vient de l'intérieur et que le pied de nez morveux sert celui qui l'encaisse , même s'il a la puissance d'un "home run" asséné à coup de pied-de-biche aux fesses.
Ames sans cibles s'abstenir

Du tendre et select Dr Jekyll qu'il était dans Didi Kong Racing ou aux premiers termes du projet, Conker est désormais devenu l'infect et tendancieux Mr Hyde. Que s'est-il produit entre-temps ? L'équipe de Rare a-t-elle été victime d'une électrocution collective, d'abus ou d'incontinence sexuels prolongés ? Quoi qu'il en fut, Conker's Bad Fur Day sort tellement des sentiers archi battus du plate-forme que vous n'en croirez tout d'abord pas vos yeux. Comprenez-bien, on a là un jeu qui jongle en toute cinglerie avec le scato, l'uro, le gore, la grivoiserie, la mise en abyme, la culture cinoche, le pastiche, le potache, sans se départir d'une cohérence démoniaque et d'une foutraque ambiance planifiée. Sans sas, sans censure et fort du luxe de faire rimer surréalisme, dadaïsme ou expressionnisme, Conker convoque Salvador Dali, les Monthy Python, les Feebles, Benny Hill et concocte sa petite anthologie du cinéma... le tout baigné dans un nectar de gameplay.

L'écureuil à la gueule de bois et à la poêle ultra mauvaise

Conker is the king, baby. D'un royaume de fous, mais le roi quand même. Tout le jeu constitue un flash-back sur l'étrange itinéraire qui l'a conduit à ce non moins curieux trône. Après un anniversaire trop arrosé, notre écureuil se paume dans la nature. Une nature cependant sous acide. Sa cavalcade débute alors, bientôt agrémentée du détail aberrant que le tyran du coin le transformerait bien en barreau de table.
Avec sa dulcinée dans le rôle de l'appât. Conker est armé d'une poêle à frire mais dès qu'une énigme réclame certaines actions spécifiques, sa polyvalence ne connaît plus de bornes. Gags et trouvailles s'enchaînent ainsi frénétiquement, le plus logiquement d'un monde absurde.
Plus que nul autre, Conker BFD se rapproche d'un authentique dessin animé interactif. De la meilleure trempe, qui plus est. Celle des chefs d'oeuvre par exemple. Sublimement iconoclaste, Conker ne respecte qu'une seule chose : le joueur. Enfin, la cerise : 7 modes Multijoueurs tous plus fendards et surexcitants les uns que les autres.

Test réalisé par Jean-Jacques

Avis de la rédaction

A qui s'adresse ce jeu ?
- A tous ceux qui sauront se procurer une N64,
- A ceux qui lisent l'anglais (eh oui, le jeu est en anglais).


Vous aimerez si vous avez aimé:
- Banjo-Tooie
- Banjo-Kazooie
- Donkey Kong 64