Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Catwoman

Catwoman

Devançant d’une bonne dizaine de jours la sortie du long métrage de Pitof, la Catwoman d’Electronic Arts s’en vient faire ses griffes sur PlayStation 2. Le charme d’une Halle Berry toute de pixels opèrera-t-il aussi efficacement que sur grand écran ?
Ainsi donc après Harry Potter et le Seigneur des Anneaux, EA s’offre une troisième licence cinématographique, celle de Catwoman. Les événements suivant ceux de la super production, le jeu retrace l’histoire de Patience Philips (autrement dit Halle Berry), graphiste pour une grosse boîte de cosmétiques assassinée par son patron après qu’elle ait découvert les activités douteuses de ce dernier. Bientôt ressuscitée par un matou, Patience devient Catwoman. Et maintenant, la belle clame vengeance. Dans cette adaptation vidéo ludique, la première à mettre en scène cette héroïne, le but consiste simplement à traverser des niveaux – au passage désespérément linéaires – qui se décomposent en grimpette, baston et acrobatie aérienne.

Da ya think she’s sexy ?

Première question vous brûlant les lèvres (surtout celles de la gente masculine), la Halle Berry virtuelle est-elle aussi sexy que le modèle original ? Eh bien sur ce point vous pouvez être rassurés. La miss bénéficie d’un beau déhanché, d’un décolleté plongeant, et d’un joli minois.
De plus, les développeurs ont pensé à pourvoir la minette d’une panoplie de mouvements très… félins (Grrr). Elle peut marcher (si !), courir à quatre pattes (si, si !), grimper, se hisser entre deux parois, sauter, se balancer, user de ses sens félins pour s’orienter et de son fouet pour interagir avec l’environnement ou punir les méchants (re-Grrr). A cela vient se greffer une confortable palette d’attaques s’étoffant au fil de la progression. Dans le principe donc, l’idéal pour venir à bout de niveaux dans un jeu d’action / aventure.

Et le testeur rendit son tablier

Hélas, c’est lorsqu’on en vient à la jouabilité que les choses se gâtent. En premier lieu, les concepteurs ont jugé bon de répartir l’essentiel des commandes entre gâchettes et sticks analogiques au détriment des touches et de la croix directionnelle. En conséquence, même passé le stade (pff, très pénible) de la prise en main, le maniement demeure atrocement imprécis. Ajoutez à cela une Catwoman qui peine occasionnellement à réagir (mais boooouuuuge !) et une caméra inapte à suivre convenablement le cours de l’action, et on ne compte plus les gnons (au bout du compte encore heureux que les opposants soient dotés d’un poids chiche en guise de cervelle) et les gamelles pris inutilement.Tout ceci finit par se révéler tellement handicapant qu’on est vite tenté de mettre sa combi moulante de Catwoman au placard.

Sois belle et tais-toi

Vous l’aurez compris, le passage de Catwoman sur PlayStation 2 est loin de se révéler aussi mémorable que celui de certains de ses compatriotes issus de l’univers des Comics (Spider-Man, pour ne citer que lui). Certes, le soft a en sa faveur la jolie plastique de son héroïne, à condition qu’elle ferme son clapet car à trop vouloir faire félin, les répliques, en plus d’être répétitives, tournent rapidement à la caricature. Et entre des niveaux vastes et les multiples passages devant être réitérés à cause des lacunes de gameplay, le jeu bénéficie d’une durée de vie toute à fait acceptable. Mais cela est bien sûr loin de suffire à justifier l’investissement, sauf peut-être pour une minorité de joueurs plus attirés par les rondeurs de Halle Berry que par les qualités intrinsèques que l’on est en droit d’attendre d’un bon jeu d’action / aventure.

Test réalisé par Carine Larsen

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- A ceux qui se laisseront amadouer par la jolie plastique de son héroïne.
- A ceux qui, ayant aimé le film, sont prêts à faire un investissement risqué.
- A ceux qui se pensent aptes à se jouer des défauts de jouabilité.



Vous aimerez si vous avez aimé :
- Batman Vengeance