Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Canis Canem Edit

Canis Canem Edit

Jouer le sale garnement, cela vous dit ? Canis Canem Edit vous place dans la peau d’un adolescent turbulent. Coups fourbes en vue et totale liberté de pourrir son prochain au menu ? Ce n’est pas si sûr…
A force de pourrir la vie de votre beau-père, vous avez gagné : vous dégagez. Direction la Bullworth Academy où on n’apprend pas à chanter mais plutôt à danser au rythme des coups de pied aux fesses. Votre terrain de jeu : un vaste campus où on retrouve une caricature amusante de ce qu’on peut faire de pire en milieu scolaire. Aux côtés d’un principal débile et de profs pas très nets, vous côtoierez divers groupes d’étudiants : les fayots, les sportifs, les caïds, les blousons noirs et les bourgeois. Tous plus à la masse les uns que les autres.

C’est moi le chef !

A peine arrivé, vous vous attirez l’affection de vos nouveaux camarades à coups de latte dans les dents. Les bastons sont fréquentes à la Bullworth Academy entre gangs rivaux. Il faudra donc jouer des poings pour gagner du respect. Et c’est là que le premier aspect trop guidé du jeu apparaît. Au fil des chapitres, vos missions consisteront à imposer votre loi aux différents groupes. Bref, difficile de vouloir se la jouer caïd et fraterniser avec les terreurs quand vos objectifs servent uniquement à attirer les grâces des fayots… Puis on change au chapitre suivant. Vous vous rendrez également compte que votre personnage de jeune rebelle n’est en fait pas si mauvais que ça.
Si vous pouvez à loisir crocheter des casiers pour chaparder des objets, vous passerez plus de temps à rendre des services et à aider le faible. Oh que c’est beau, mais on a l’impression que le jeu ne s’assume pas et a besoin d’un trompe-l’œil moral…
De riches journées

Sur le campus puis dans les rues de Bullworth, vous pourrez accomplir de nombreuses missions. Livraison d’objets, distribution de journaux, courses, protection d’un gamin chétif : pas le temps de s’ennuyer. Pour faire totalement le tour du jeu, il faudra un temps colossal. Sans parler des cours : dessin, gym, anglais ou encore chimie. Ils constituent autant de mini-jeux qui vous donneront des bonus. En chimie, vous saurez fabriquer pétards et boules puantes, en gym vous apprendrez des coups de catch. Tentez de sécher un cours et les pions vous courseront pour vous y envoyer. Les pions, parlons-en. Particulièrement collants, ils vous chopent dès qu’une bagarre éclate, même si elle n’est pas de votre fait. A moins de vous faire tabasser sous leur nez, ce sera toujours de votre faute. Et comme faire 10 mètres sans prendre une tarte relève du miracle… Ajoutez le fait que la compression du temps écourte sérieusement les journées et que les cours s’enchaînent, et vous les avez en plus à vos basques pour le moindre retard. Et ça devient vite lourd. Très lourd… D’autant qu’ils sont nombreux, ces fichus pions !

Une ambiance accrocheuse

Aux côtés de la richesse et de la variété des missions proposées, Canis Canem Edit peut se vanter d’offrir une ambiance impeccable. Les voix parfaitement jouées et les dialogues bourrés d’humour immergent le joueur. Au milieu de ce ramassis de tarés qu’est la Bullworth Academy, tout le monde en prend pour son grade. Bien qu’un peu "aliasé", les graphismes s’avèrent suffisamment soignés avec des personnages bien trempés.
Au fil du jeu, vous débloquerez de nouvelles interactions, telle la possibilité de séduire une jeune fille, voire de la rendre jalouse en offrant des fleurs sous son nez à une autre demoiselle. Crêpage de chignons garanti ! Au final, Rockstar propose un titre sympathique, mais peut être trop guidé et à la difficulté parfois mal gérée (on pense encore aux pions).

Test réalisé par Arnaud Papeguay.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux joueurs à partir de 16 ans
- Aux vilains garnements, mais pas si vilains au fond d’eux-mêmes
- Aux joueurs qui ont un mauvais souvenir de l’école…
- …ou à ceux qui ont été trop sages et aimeraient rattraper ça


Vous aimerez si vous avez aimé :
- La série des Grand Theft Auto