Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

BlazBlue Continuum Shift

BlazBlue Continuum Shift

BlazBlue, c’est l’autre jeu de baston 2D. Pas assez connu pour faire de l’ombre au géant Street Fighter mais suffisamment bon pour fédérer un groupe de fans avides de nouveautés. Ce "super" Blazblue peut-il les rassasier ?
Tradewest prend un risque en sortant Continuum Shift à peine 8 mois après Calamity Trigger. Il faut dire que même si l’on sait qu’il s’est bien écoulé 1 an entre les deux versions au Japon, les nouveautés semblent en surface relativement minime. A peine 3 nouveaux personnages (Tsubaki Yayoi, Hazama, µ-12), quelques niveaux et une poignée de modes de jeu. Sur le papier, cela semble léger mais plus on passe de temps dans le jeu et plus les différences se ressentent. Globalement, Arc System Works fait un véritable effort pour rendre le jeu plus accessible sans pour autant appauvrir le gameplay. Cela se traduit par la présence d’un long tutorial (d’ailleurs très drôle), de multiples défis qui, comme dans SSFIV, vous initient à des combos de plus en plus complexes et d’un mode débutant optionnel qui permet d’enchainer des coups spectaculaires de façon contextuelle. Un bon moyen de s’amuser rapidement sans se prendre la tête.

Quoi de neuf docteur ?
Outre le mode Histoire toujours lourdement scénarisé, on note aussi l’apparition du mode Légion, qui consiste à prendre des bases en affrontant plusieurs adversaires, chaque victoire permettant de rallier un ennemi à sa cause. Amusant mais au final assez superficiel. Pour dénicher les nouveautés, il faut évidemment se pencher sur le système de combat et les arrivants. Ils ne sont que 3 pour l’instant, ce qui est léger, mais s’avèrent aussi charismatiques et uniques à joueur que les autres personnages, qui bénéficient d’ailleurs de nouveaux coups. Certaines mécaniques ont aussi changé : on ne peut bloquer les Guard Breaker qu’un nombre limité de fois, les Explosions peuvent s’utiliser de manière offensive (généralement pour déclencher un jongle) ou défensive et la Chaleur peut être utilisée pour un coup fatal plus souvent (pas forcément dans un round final). Si pour les fans et ceux qui auraient raté le premier opus, l’achat s’impose, surtout à un prix aussi attractif, les dilettantes possédant Calamity Trigger peuvent passer leur tour.

Test réalisé par Frédéric Dufresne.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux joueurs de plus de 12 ans
- Aux fans de baston 2D

Vous aimerez si vous avez aimé :
- BlazBlue : Calamity Trigger