Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Baja : Edge of Control

Baja : Edge of Control

Entre MotorStorm et Pure, les courses "off road" ont le vent en poupe. Et ce avec des softs de qualité. Baja : Edge of Control se cherche une place au soleil sur ce marché. Mais il va falloir dégainer des arguments de poids. En a-t-il les moyens ?
Direction le Mexique pour participer à la course Baja. THQ nous promet de la course acharnée dans le désert sur plus de 1600 Km² se terrain. Comme ça, cela en jette. Mais une fois la galette insérée dans la console, qu’en est-il ?

Les formules de jeu

Huit catégories de véhicules tout-terrains vous attendent au garage. Des petits "Bugs" aux puissants 4x4 surboostés pour parcourir de nombreuses épreuves. Courses de côtes, sur "circuit" (un tracé fermé dans le désert), rallyes ou même des déclinaisons de la course d’endurance Baja qui peuvent vous garder plus d’une heure devant l’écran. Comptez aussi sur une sorte de mode d’exploration qui permet de divaguer librement dans une des zones du jeu, et surtout la carrière qui permet d’acheter ses véhicules et de les modifier. Avec des pièces à acheter pour gagner en performances et même des options de réglages mécaniques pour les plus techniciens d’entre vous. L’argent engrangé et l’expérience permettent d’acheter un véhicule de catégorie supérieure, et de passer ainsi de l’une à l’autre.
Amusant, mais cela oblige à rejouer plusieurs fois les championnats d’une catégorie pour avoir un véhicule suffisamment puissant afin de décrocher la victoire. Un peu répétitif, donc. Votre progression permet aussi de fidéliser des sponsors de plus en plus importants.
Et là, c’est le drame

Jusqu’à présent, vu comme ça, Baja possède encore un certain charme. Mais cela s’arrête immédiatement dès que la première course commence. Dieu que c’est laid ! Aliasing (effet d’escalier), textures moches et ternes, manque de détails. Une insulte pour les yeux, une réalisation tout bonnement scandaleuse, inadmissible ! Et cela ne s’arrête pas là. Les bruitages des chocs entre véhicules s’avèrent vite désagréables à l’oreille. Et la modélisation des dégâts sommaire ne convient pas. Dommage, car il y avait des idées amusantes, comme le fait que si la partie de carrosserie où figure un sponsor est arrachée, ce dernier ne vous paie pas en fin de course. Les épreuves longues, comme les rallyes et courses Baja, peuvent vous demander d’appeler un hélico pour réparer. Ou de stopper pour changer une roue crevée.

Trop de griefs pour si peu de qualités

Baja n’est pas le premier jeu de course à nous proposer une intelligence artificielle qui évolue sur des rails. Mais sur ce point, il faut avouer qu’il fait fort. Et que surtout les autres défauts du jeu font dire : "Et encore un point négatif". Car au pays des amibes, les pilotes de Baja ont leur place. Je fonce tout droit, je percute. Ce qui est l’occasion de voir les faiblesses du modèle de collision. Et de constater que c’est toujours le joueur qui partira au tapis ou sera ralenti.
Un comportement qui ne permet pas de prendre de vrai plaisir dans les courses de meute. La conduite des véhicules, bien qu’orientée arcade, se voulait tout de même un poil subtile. Avec une gestion originale de l’embrayage.
Mais vos bolides ont une tendance à systématiquement survirer de manière peu naturelle en sortie de virage, même en y allant mollo sur les gaz. Bref, face aux ténors du genre, Baja : Edge of Control ne fait guère le poids. On préfèrera tâter Pure et même Motorstorm. Ou attendre la suite de ce dernier.

Test réalisé par Arnaud Papeguay.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux joueurs à partir de 3 ans
- Aux fans inconditionnels de la course Baja
- A ceux qui n’ont pas de télévision HD…


Vous aimerez si vous avez aimé :
- Pure
- MotorStorm