Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Retour fiche produit

Un prélude – une démo payante, dirons les moins aimables – au prochain Metal Gear Solid V, ça vous dit ? Vendu à prix réduit, ce Ground Zeroes n’est en effet qu’un avant-goût destiné à faire patienter les fans. Une pratique qui va faire jaser, c’est certain.
Quand sortira exactement Metal Gear Solid V : The Phantom Pain ? Faute de le savoir, voici de quoi passer le temps avec un mini-épisode qui donne un avant-goût de ce que sera le vrai jeu. Une poignée d’heures de jeu qui servent à vous familiariser avec les nouvelles mécaniques de la fameuse saga. Autant dire qu’il va falloir savourer ce bref instant pas forcément très passionnant pour amortir votre investissement. MGS V, le vrai, se déroulera en monde ouvert, et ce prélude introduit justement un niveau de taille limitée, à savoir le camp Omega (équivalent virtuel du tristement célèbre Guantanamo). Vous devez y extraire Chico et Paz. Et non, celle-ci n’est pas morte ! Nous ne vous en dévoilons pas plus, parce que là vous avez déjà 90% du scénario dans cette phrase…

Fringuant… pour un prologue
Ce prologue permet au moins d’apprécier la plus grande souplesse du gameplay qui permet d’enchainer déplacements, mises à couvert, neutralisations au corps à corps ou roulades avec plus de naturel. Vous avez tout intérêt à repérer les lieux et à marquer les ennemis avec vos jumelles afin de vous infiltrer. Toutefois, le jeu est bien plus permissif qu’avant. Le mode "réflexe" offre un "bullet time" à Snake pour abattre l’ennemi qui vient de le repérer avant que l’alerte ne soit donnée. Heureusement, il s’avère possible de désactiver cette aide un peu trop efficace. Bien court, l’unique niveau jouable est recyclé avec une grande traque aux écussons éparpillés sur le terrain. Car finir complètement la brève aventure donne accès à cinq missions supplémentaires exploitant le petit terrain de jeu. Non, décidément, nous n’adhérons pas à la pratique. Ground Zeroes est vraiment à réserver aux fans les plus acharnés, à ceux qui vénèrent Kojima, dorment comme Kojima et mangent comme Kojima. Ceux-là sauront apprécier les éléments de narration introduits qui prépare le terrain pour Phantom Pain.

Test réalisé par Arnaud Papeguay.