William Higinbotham, de la bombe atomique au premier jeu vidéo
Dossier

William Higinbotham,
de la bombe atomique
au premier jeu vidéo

Crédit :
Selim K.
Selim K.
Auteur Micromania-Zing

Vous n’avez probablement jamais entendu parler de William Higinbotham. Pourtant, son nom est associé à Tennis for Two, l’un des tout premiers jeux vidéo, mais également… à la bombe atomique.

L’histoire du jeu vidéo est intimement liée à celle de la bombe nucléaire. Et non, on ne parle pas de Metro 2033, de la série Fallout ou de Call of Duty, mais d’une connexion assez inattendue qui date des années 40. On vous explique.

tennisfortwo-higinbotham
Crédit : Physics Today

De Fat Man à Pac Man

La question mérite d’être posée : comment William Higinbotham, un physicien ayant travaillé sur l’élaboration de la bombe nucléaire, a pu voir son nom associé à l’un des premiers jeux vidéo de l’histoire ? Pour y répondre, il faut revenir un peu en arrière et jeter un rapide coup d'œil à sa carrière.

Contrairement à vous, William n’a probablement jamais séché un seul cours de physique. Né en 1910, il se passionne rapidement pour les sciences ainsi que les technologies liées à la radio et aux radars. Après un passage par la prestigieuse université Cornell puis par le MIT (oui, William est plutôt chaud), le jeune physicien est enrôlé en 1943 pour travailler sur le projet Manhattan au laboratoire de Los Alamos. Si vous avez également séché les cours d’Histoire (bah bravo), petit rappel : le “Projet Manhattan” n’est autre que le programme de développement de la bombe atomique. Dans le désert du Nouveau-Mexique, son équipe et lui participent activement à la création du mécanisme d’allumage de la toute première bombe qui sera plus tard larguée sur Hiroshima et Nagasaki. Et les jeux vidéo dans tout ça ? On y vient, on y vient.

Peu fier de sa participation à la création de cette arme de destruction massive, Higinbotham rejoint, en 1947, un autre laboratoire, celui de Brookhaven. C’est là que les choses vont s'accélérer.

Un pionnier… malgré lui

En bon scientifique qu’il est, William passe pas mal de temps à se documenter, notamment à propos des machines de son laboratoire. C’est en 1958, par pur hasard, qu’il découvre que, sur l’un des ordinateurs (un Doner Model 30), il est possible de simuler la trajectoire d’une balle de fusil, d’un missile ou… d’une balle rebondissante. Vous nous voyez venir ? Ni une, ni deux, il se base sur ce système pour créer un jeu. Son objectif ? Divertir les visiteurs des portes ouvertes du laboratoire prévues deux semaines plus tard. Le résultat de cette invention express se nomme Tennis for Two, un jeu… de tennis (faut suivre, hein). Très rudimentaire, le jeu permet à deux joueurs de se renvoyer une balle sur un écran d’oscilloscope connecté à deux “pads” composés d’un potentiomètre (pour la trajectoire) et d’un bouton (pour frapper).

tennisfortwo-switch
Crédit : Wikimedia Commons

Coupons court au suspense tout de suite, Tennis for Two est une franche réussite, notamment auprès des plus jeunes. À tel point qu’aux portes ouvertes de 1959, Higinbotham améliore son jeu en le proposant sur un écran plus grand. Seulement, cette invention ne reste, pour Higinbotham, qu'une simple “attraction” pour distraire les visiteurs et l’américain ne dépose jamais de brevet, de peur que cela éclipse le reste des inventions du labo. S’il avait su…

Du tennis au ping pong

Si aujourd’hui William Higinbotham est considéré (à juste titre) comme l’un des pères du jeu vidéo, cela n’a pas toujours été le cas. En effet, Tennis For Two est longtemps resté très confidentiel car uniquement accessible au sein du laboratoire de Brookhaven. De plus, son créateur n’a jamais réellement essayé d’en tirer profit, considérant son jeu comme “une invention mineure” et préférant déposer d’autres brevets. Une “invention mineure” qui aura tout de même une influence non-négligeable sur l’histoire de la (jeune) industrie vidéoludique.

Eh oui, car nous ne pouvons pas évoquer Tennis for Two sans parler de son fils spirituel : Pong. Commercialisé à partir de 1972 et développé par Atari, Pong est tout bonnement la version arcade et grand public du bébé de William Higinbotham… Mais également le premier vrai succès commercial pour un jeu vidéo, avec des recettes estimées à 40 millions de dollars en 1975.

tennisfortwo-pong
Crédit : Wikimedia Commons

Sans William Higinbotham et son invention destinée à divertir des adolescents durant les portes ouvertes d’un laboratoire, le jeu Pong n’aurait peut-être jamais existé, et l’histoire du jeu vidéo serait peut-être très différente aujourd’hui…