Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Retour fiche produit

Après avoir déversé la mort sur PC, l’extension Reaper of Souls débarque sur consoles, accompagné du jeu original Diablo III, à peine un an après sa sortie.
Diablo n’est plus. Vous êtes confronté à Malthaël, l’ancien Archange de la Sagesse, devenu l’incarnation de la Mort. Malthaël s’est emparé de la Pierre d’âme Noire, et il n’a rien trouvé de mieux à faire que de transformer les hommes en âmes errantes, entièrement dédiées à sa cause. Votre costume de Nephalem enfilé, il ne vous reste plus qu’à repartir en quête de gloire et de justice.

Le faucheur d’âmes
L’extension de Diablo III introduit un cinquième acte qui prolonge la campagne principale. Vous allez traverser les rues délabrées de la cité d’Ouestmarche, vous aventurer dans le Marais du Sang ou encore la redoutable forteresse de Pandémonium. La limite de niveaux portée à 70 et les nouvelles compétences de combat redonnent de la fraicheur à l’ensemble. Le bestiaire inédit apporte aussi son lot de nouveautés. Des objets magiques à la pelle et un artisan supplémentaire, la Mystique, renforcent un peu plus la montée en puissance de votre avatar. Autant d’atouts qui donnent envie de repartir de zéro pour expérimenter le Croisé, la nouvelle classe de héros taillée sur mesure pour repousser les hordes de créatures venues de l’au-delà. Ce combattant propose un mélange entre le Paladin de Diablo II et le Barbare, une sorte de guerrier vertueux équipé d’une armure lourde et maitrisant un grand nombre d’armes de mêlée et de pouvoirs sacrés. Il suffit de le voir déclencher sa compétence Poing des Cieux, Couperet ou Marteau Béni pour se dire qu’il n’est pas là pour amuser la galerie.

La Mort vous va si bien
L’esthétique de Diablo III n’a rien perdu de sa superbe sur consoles nouvelle génération. Et les développeurs de Blizzard se sont attachés à créer des environnements tout aussi morbides que splendides, et en intégrant une ambiance sonore lancinante qui prend aux tripes. Le design des sbires de l’Ange de la Mort, de ses lieutenants, et de Malthaël lui-même, fait honneur à la franchise. On apprécie également les légères retouches de l’interface. Mais on aurait aimé une commande « Tout recycler » ou « Tout retirer » en artisanat car les manipulations dans l’inventaire restent fastidieuses. Retenons également la boîte aux lettres qui permet d’envoyer à vos contacts toutes sortes d’objets que vous n’utilisez pas ou que vous possédez en plusieurs exemplaires.

Quelle aventure !
En marge du scénario principal, les Nephalem qui en ont assez d’enchainer les actes en boucle peuvent s’essayer au tout nouveau mode Aventure. Basé sur un système de contrats et d’événements ponctuels, il permet de parcourir l’intégralité du monde de Sanctuaire à la recherche des failles Nephalem et de leurs boss coriaces. Une façon originale de prolonger le plaisir sans sombrer dans la routine. La refonte du système de butin, associée au nouveau découpage de difficultés offre la possibilité de calibrer de façon intuitive votre expérience. Et désormais, le niveau de Parangon qui évolue sans aucune limite permet de remettre le couvert indéfiniment si vous êtes vraiment insatiable ! L’Ultimate Evil Edition fait honneur à la franchise sur PS4 et Xbox One. Mais pour les joueurs qui possèdent déjà le Diablo III original sur PS3 ou Xbox 360, l’intérêt de repasser si vite à la caisse est moins justifiable.

Test réalisé par Frédéric Pam.