Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Zone of the Enders : The 2nd Runner

Zone of the Enders : The 2nd Runner

Quand le producteur de Metal Gear Solid s'attelle à la suite de Zone of the Enders, le résultat, c'est plus qu'une seconde alliance parfaite entre shoot futuriste et "japanimation", mais une véritable bombe vidéo-ludique.

Zone of the Enders : The 2nd Runner prend place deux ans après les événements du précédent volet. Nous sommes en 2174. Léo a dissimulé Jehuty, le Frame surpuissant du premier ZOE, sur Callisto, un satellite de Jupiter, dans l'espoir d'empêcher le régime despotique de Barham d'achever sa conquête de l'espace. Mais un mineur dénommé Dingo (hum, passons) Egret tombe accidentellement sur l'engin et décide d'entamer sa propre croisade contre Barham. Tada ! La bataille des planètes est à nouveau en marche.

L'union sacrée

Toute la difficulté d'un jeu d'action est de proposer une trame suffisamment consistante pour motiver le joueur à castagner des heures durant. Et de côté-là, ZOE 2 s'en tire avec les honneurs. En effet, Shuyo Murata (qui s'est fait les crocs sur les scénarios de Metal Gear et des Zone of the Enders) nous a une fois de plus concocté une histoire prenante, et en parfaite corrélation avec celle du précédent volet paru il y a un an et demi sur PlayStation 2. Au niveau du graphisme la réalisation est également époustouflante, avec des cinématiques donnant l'impression d'intégrer un épisode d'Evangelion (ndr : le manga), des phases d'action ultra speed, foisonnantes d'effets spéciaux, le tout soutenu par des thèmes musicaux si variés et inspirés que l'on se sent d'emblée impliqué dans l'histoire. Quand Jehuty roule des mécaniques

Le gameplay rappelle beaucoup celui du précédent ZOE. Le didacticiel s'intègre tout naturellement au scénario. Très vite, on virevolte en toute liberté (fizzz... Yipee !), on "switche" entre les ennemis et les différentes armes et techniques acquises au gré des missions, on excelle autant au corps à corps (chling, chling) qu'à distance (piu, piu). Certes on pourrait pinailler sur des mouvements de caméra pas toujours idéals (voire déstabilisants au sortir d'une mêlée avec de nombreux opposants) et des effets de lumière tellement éblouissants que l'on tape parfois à l'aveuglette (hoops, pardon copain), mais on les pardonne finalement aisément au vu du dynamisme des confrontations.Never lost in space

Nombreux sont les jeux d'action compensant une faible durée de vie par une difficulté "surdosée". Ca n'est heureusement pas le cas de ZOE 2. Ici, entre une difficulté bien modulée et les conseils prodigués par ADA, l'ordinateur de bord, la progression se révèle très fluide. Si six heures en moyenne suffisent à traverser le champ de bataille une première fois, le soft propose également un mode Vs accessible en duo ou en solo contre l'ordi, ainsi qu'un mode Extra missions et 2 nouveaux niveaux de difficulté en plus des 3 accessibles au départ. Beau, passionnant, doté d'une excellente jouabilité et d'une longévité tout à fait respectable, ZOE 2 est définitivement "Le jeu" à se procurer pour tous les fans de shoots futuristes.

Test réalisé par Carine Larsen

Avis de la rédaction

A qui s'adresse ce jeu ?
- Aux fans du premier volet
- Aux amateurs de mangas
- A ceux pour qui la qualité du scénario compte autant que l'action non-stop


Vous aimerez si vous avez aimé :
- Zone of the Enders
- Armored Core 2