Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Yu-Gi-Oh ! Worldwide Edition

Yu-Gi-Oh ! Worldwide Edition

Un mois à peine après la sortie de la version GBC, Yu-Gi est déjà de retour sur console portable. Avec ses duels, ses échanges de monstres, et ses cartes à profusion, la cartouche semble toujours vouée à fédérer les jeunes joueurs à l'échelle mondiale... et à décontenancer les non-initiés au phénomène Yu-Gi-Oh !
Pour comprendre le phénomène Yu-Gi-Oh, il faut remonter 7 ans en arrière. C'est à cette époque que Kazuki Takahashi crée le personnage de Yu-Gi Mutô, jeune lycéen coiffé comme un pétard, converti en redoutable joueur de cartes après avoir reconstitué un mystérieux puzzle. Par la suite, le gamin se trouve embringué dans des mésaventures impliquant de nombreux duels contre d'autres joueurs de cartes. Le manga rencontre un tel succès auprès du jeune public qu'en 1997, l'illustrateur nippon lance les premiers exemplaires de cartes à jouer.
De là, les choses s'accélèrent, la bande dessinée continue de se vendre comme des petits pains,les cartes s'arrachent dans les cours de récré, dans la foulée Yu-Gi débarque sur le petit écran, puis sur console, d'abord sur PSone et GBC, et finalement sur GBA.
Des apparences trompeuses

Yu-Gi-Oh ! Wordwide Edition reprend fidèlement les règles du jeu de cartes original. On démarre avec un Deck de 40 cartes divisées en 3 catégories (monstres, magie, pièges) et 8000 points de vie. Les duels se déroulent au tour par tour. On commence par placer un certain nombre de cartes sur le plateau, on décide de leur position (face visible ou cachée, offensive ou défensive). Le duel peut ensuite s'engager : "Attaque de Rat géant, bing, 1400 points dans ta face ! Riposte imminente du camp adverse avec Dragon des ténèbres. Zouip, invocation d'un trou noir pour faire disparaître la bestiole"... et ainsi de suite jusqu'à ce que la vie d'un des 2 concurrents atteigne zéro.
A chaque victoire, on remporte 5 cartes supplémentaires (pour un total de 1000 cartes) permettant de renforcer progressivement son Deck. En gros, voilà pour les bases. Mais derrière cette apparente simplicité se cachent de nombreuses subtilités, ainsi qu'un glossaire très difficile d'accès pour les profanes.
Self made Yu-Gi-Oh player

Avec de nombreuses sous catégories de cartes, des monstres qui s'invoquent de bien des façons différentes (sacrifices rituels, polymérisation, etc.), les parties répondent à des règles très strictes. Si les habitués seront en terrain conquis, les novices, eux, auront autant de mal à se familiariser avec les us et coutumes qu'avec le jargon propre à la série. En effet, à défaut d'un tutorial, la cartouche s'accompagne d'un booklet d'instruction très indigeste obligeant les non-initiés à apprendre sur le tas. Une fois assimilées toutes les ficelles du gameplay, les parties deviennent captivantes, et on conçoit aisément l'engouement généré par Yu-Gi. Notons toutefois que les amateurs devront faire abstraction d'une réalisation sommaire, tout à fait tolérable en ce qui concerne le graphisme et l'animation, beaucoup moins quant à la localisation bâclée (voyelles manquantes et mots qui s'enchevêtrent). Malgré cela, on ne doute pas que cette cartouche rejoigne bien vite sa consoeur GBC dans les cours d'école, d'autant qu'elle permet duels et échanges de cartes pour ceux possédant un cable link et un pote Yu-Gi-Oh-maniac (ce qui ne doit pas être trop difficile à trouver).

Test réalisé par Carine Larsen

Avis de la rédaction

A qui s'adresse ce jeu ?
- Aux fans du jeu de cartes
- Aux collectionneurs
- A ceux qui aiment les coiffures ridicules


Vous aimerez si vous avez aimé :
- Yu-Gi-Oh ! Duel des Ténèbres sur Game Boy Color