Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Yu-Gi-Oh ! DungeonDice Monsters

Yu-Gi-Oh ! DungeonDice Monsters

Après sept ans à côtoyer le blondinet à la coiffure punk, on pensait connaître toutes les facettes de Yu-Gi-Oh ! Mais le gamin parvient encore à nous surprendre en inaugurant un jeu de stratégie inédit où les dés remplacent les cartes.
Ainsi donc, Yu-Gi-Oh ! nous avait fait des cachotteries. En plus d'être un joueur de cartes invétéré, il excelle également dans les jeux de dés. Dans le principe, DungeonDice Monsters rappelle beaucoup Yu-Gi-Oh ! Wordwide Edition : duels au tour par tour contre, pièges à poser, une centaine de types de monstres à invoquer, un mode link. En revanche, le fait que les dés remplacent les cartes modifie tout de même pas mal les données.

Variation sur le même thème

Les premiers pas dans DungeonDice Monsters font en effet beaucoup penser à Yu-Gi-Oh ! Wordwide Edition. On se constitue un stock de quinze dés à l'effigie d'objets ou de créatures. Chacun possède 6 faces sur lesquelles sont gravés des emblèmes symbolisant les différentes actions réalisables durant les parties : invoquer, attaquer, parer, etc.
Au début de chaque rencontre, deux Die Masters se font face à chaque extrémité d'un terrain vierge. A chaque tour, on lance trois dés. La suite des événements dépend du résultat du tirage. Si on obtient au moins deux emblèmes d'invocation de même niveau, on peut placer l'un des monstres (ou objets).
Les autres emblèmes acquis lors des tirages peuvent être utilisés immédiatement ou sauvegardés pour les prochains tours. Parallèlement, le dé se déplie et est mis à plat sur le terrain, créant ainsi une piste sur laquelle la créature peut évoluer. Petit à petit l'échiquier se dessine. Le premier joueur ayant atteint et attaqué trois fois le Die Master adverse est déclaré vainqueur.

50 % de chance, 50 % de stratégie

DDM ne va pas sans son lot de subtilités : hiérarchie des différentes catégories de monstres (bête, mort-vivant, sorcier, etc.), bestiaux disposant de pouvoirs spéciaux (augmentation du niveau d'attaque, réduction des dégâts, attaques volantes, etc.). Mais cette fois, Konami est parvenu à rendre le jeu plus abordable que son aïeul. Le lexique des termes usités a été simplifié, la localisation française est de meilleure qualité, et en prime le soft s'accompagne (à défaut d'un didacticiel) d'un livret d'instruction bien plus digeste qu'auparavant. Seules critiques à émettre à l'encontre de DDM : des parties qui ont tendance à s'éterniser
(le joueur étant à la merci d'un lancé de dés malchanceux, il n'est pas rare de se retrouver deux ou trois tours de suite immobilisé) et un graphisme insipide (même les animations pendant les combats font peine à voir) pour une production GBA. Mais ceci mis à part, on ne doute pas que DDM trouve sa place dans la ludothèque des fans.
Test réalisé par Carine Larsen

Avis de la rédaction

A qui s'adresse ce jeu ?
- Aux fans du dessin animé
- Aux collectionneurs
- A ceux qui trouvaient les précédents jeux de cartes Yu-Gi-Oh ! trop compliqués


Vous aimerez si vous avez aimé :
- Yu-Gi-Oh ! Duel des Ténèbres sur Gameboy Color
- Yu-Gi-Oh ! Wordwide Edition