Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

You're in the Movies

You're in the Movies

Il est temps de ressortir sa caméra Xbox Live Vision pour attaquer une carrière d’acteur un peu particulière. Avec You’re in the Movies, Codemasters veut surfer sur la vague du "casual gaming", ou jeu occasionnel en bon français. Mais il faut voir si, si précis que soit le public visé, le titre a les arguments pour les amuser…
Le succès colossal de la Wii pousse les éditeurs à parier avec entrain sur le phénomène du soft pour joueurs occasionnels, et ce sur tous les supports. You’re in the Movies s’inscrit dans cette tendance. Si faire la star devant le fameux fond vert où l’on incruste ensuite les décors vous a toujours fait rêver, il y a fort à parier que votre regard glisse vers ce soft.

Un party game pour quatre joueurs

Le titre de Codemasters se présente comme un soft basé sur 40 minijeux différents. Clairement soporifique en solo, You’re in the Movies est surtout idéal pour être sorti avec trois autres amis ou de la famille, pourvus que ceux-ci acceptent d’être ridicules.L’idée de départ est de choisir le scénario d’un film parmi trente (dont la majorité à débloquer). Chaque joueur passe à son tour devant la caméra pour participer à des minijeux qui n’ont apparemment rien à voir avec le film. Une fois toutes les activités accomplies, vos gesticulations ainsi capturées sont insérées dans un court métrage plutôt comique. Avec une voix off volontairement bien naze et le scénario qui va avec. Voilà, c’est là que réside le côté amusant du jeu, et seulement là…

Les ombres au tableau

Tout d’abord, dès le début, le joueur est confronté à la médiocrité du système de capture. La Live Vision analyse l’environnement derrière et le soft est supposé ensuite remplacer cet arrière plan par celui des minijeux. Vous faisant apparaître de manière superposée dessus. Mais la farce, c’est que ça ne marche que très mal. Nos captures d’écran en témoignent. Même avec un mur blanc derrière soit et un bon éclairage. Avis donc à ceux qui ont la place et les moyens de reproduire un studio de cinéma chez eux. Plutôt embêtant que toute la base du jeu se révèle bancale… Cela influe forcément sur la jouabilité des minijeux. Ces derniers vous donnent l’occasion de casser des pierres, de tirer une corde, de lancer un tronc ou de chevaucher un scooter. Rien de bien original. Et en dehors des moments où on vous demande de jouer comme au cinéma une attitude (peur, surprise, rire), le manque d’originalité et la répétitivité ennuient. Tout ça pour pouvoir se marrer trente secondes à la fin du jeu lors du visionnage. Avec en prime le petit suspense, juste après, d’apprendre qui fut le meilleur acteur (en fait, qui a marqué le plus de points). En plus, le soft n’insère dans les scènes de film qu’un très court extrait de vos mouvements capturés dans le minijeu correspondant, et ce de manière totalement aléatoire…

Gloire du réalisateur

Une fois un petit nombre de scénarios joués, vous accédez à la fonction de réalisateur. Celle-ci permet d’éditer un film existant. Ou de créer le votre à partir de scènes prélevées sur chaque court métrage débloqué. Pour le coup, amis et familles joueront directement en surimpression dans les scènes du film, et non plus dans des minijeux. Ce qui permet de varier un peu les gestes. Et surtout de faire ceux de son choix. Vous pouvez également modifier le fond sonore et ajouter votre propre voix off via microphone. Signalons, dans tous les modes, la possibilité d’exporter sur son PC un film pour l’échanger avec ses proches. Mais point de fonctions directement sur le Xbox Live. You’re in the Movies fait un peu léger au final. On se marre vraiment la première demi-heure, et puis… on se lasse vite.

Test réalisé par Arnaud Papeguay.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux joueurs à partir de 3 ans.
- A ceux qui veulent devenir des stars de ciné.
- Aux gens qui n’ont jamais honte en public.
- Aux joueurs très occasionnels.

Vous aimerez si vous avez aimé :
- Les jeux de la série EyeToy sur consoles PlayStation.