Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Worms Forts : Etat de Siège

Worms Forts : Etat de Siège

Casqués et chaussés de dents acérées, les Worms débarquent plus voraces que jamais. La célèbre saga développée par Team 17 compte désormais un nouvel opus. Au programme : défonce à gogo. Enfilez votre armure, car les petits vers ne rigolent plus !
Depuis leur première apparition remarquée sur console Sega Saturn, les asticots guerriers, toujours aussi chamailleurs et vicieux, reprennent du service. Avec leurs cerveaux submergés d’idées sadiques et des poches bourrées de surprises explosives, les Worms se prennent aussi pour des bâtisseurs.

Qui n’a pas finit son ver ?

Si la stupidité était un crime, les Worms seraient tous derrière les barreaux. Etant donné qu’il est difficile de modifier le concept en profondeur, Team 17 s’est contenté de donner à ces vermines un autre challenge : défendre leur cité. Conséquence, le titre s’enrichit d’une nouvelle formule où il convient d’édifier toutes sortes de fortifications et d’armes de siège. Sur le fond, que ce soit seul ou à plusieurs, le jeu consiste toujours à diriger une fine équipe d’asticots au tour par tour, dont l’unique objectif est de tout défoncer et notamment les lombrics du camp adverse.
Chaque tour se déroule en 60 secondes. A chacun de définir la meilleure tactique. Le ver de terre peut se déplacer, déclencher une action destructrice et désormais une multitude de bâtiments. Ne reste plus alors qu’à se planquer du feu ennemi qui le guette en guise de représailles.
Y a de quoi être ver de rage

Le titre se contente de reprendre les bases de Worms 3D sans apporter une once de nouveauté question jouabilité mise à mal à cause du passage à la 3D. Le mode campagne suit quatre époques de l’histoire : l’Egypte, la Grèce et la Rome antique et le Moyen-Age. A chaque période ses armes spécifiques. Chaque camp dispose d’un petit fortin, dont il convient d’ajouter des défenses complémentaires dont les emplacements stratégiques sont symbolisés au sol par de petites étoiles. Chaque nouvelle plateforme peut alors être agrémentée de nouveaux bâtiments (centre de recherche, hôpital, phare, tour, donjon, armurerie…). Dès lors, l’arsenal s’enrichit d’une multitude de nouvelles armes encore plus dévastatrices : catapultes, ânes de Troie.

Une guerre sans merci

Mis à part la vue aérienne, les vues subjective et objective handicapent sérieusement le joueur. Encore une fois, la 3D n’est pas une franche réussite. Comme quoi la modernité démontre parfois ses limites. Du coup, la prise en main est loin d’être une partie de plaisir et les distances sont toujours aussi difficiles à apprécier. Reste que le fun est omniprésent, et les développeurs ont laissé libre cours à leur imagination. Au menu : bazooka, mines, uzi, grenade à fragmentation, pigeon suicidaire, jetpack… une multitude de petits objets qui font bobo !
Imaginez-vous catapulter des vieillards, un super hippopotame volant, des frigos, un canari de 300 kilos et bien d’autres armes toutes aussi surprenantes. En somme, c’est le délire à fond ! Le plaisir de jouer demeure intact pour ceux qui n’ont connu que la version Worms 3D mis à part le regret de ne plus pouvoir s’enterrer.
La 3D : pouah !

Bien que simplistes, les textures colorées sont agréables à l’œil. Si les décors sont assez variés et dépaysants, il n’est pas rare de rester coincé dans une partie d’un décor. De même, l’IA affiche parfois ses limites, certains vers se montrant particulièrement maladroits. La modélisation des vers est réussie, tout comme leur attitude et certaines de leurs mimiques. Si le mode solo est intéressant, la quintessence du titre s’exprime lors de parties multijoueurs. Jusqu’à quatre joueurs peuvent diriger une fine équipe de vers malicieux, à vous d’avoir une monstrueuse quantité d’idées pour envoyer les autres ad patres. Le Xbox Live sera source de parties endiablées. Bien qu’ayant guère évolué sur le plan du gameplay, Worms Forts : Etat de Siège procure un petit plaisir supplémentaire avec l’ajout du coté « Stratégie Temps Réel ». Reste à convaincre les amoureux des premiers opus. Pas de jeu en ligne au programme.

Test réalisé par Richard Roger

Avis de la rédaction

A qui s'adresse ce jeu ?
- Aux petits guerriers en culotte courte
- Aux fans de la série

Vous aimerez si vous avez aimé :
- Worms 3D