Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

WarioWare : Do It Yourself

WarioWare : Do It Yourself

Tout est dans le titre : avec cette cartouche, c’est vous qui créez vos propres minijeux, de A à Z, musique comprise, avant d’y jouer ou de les mettre à la disposition des autres joueurs. Magique !
Pour les non anglophones, "Do it yourself" signifie "Faites-le vous-même". Et c’est là tout l’intérêt de cette nouvelle cartouche de microjeux (pas plus de 5 secondes par manche !). Certes, on y retrouve l’esprit super speed du premier volet, Warioware : Touched, et les jeux y sont toujours aussi débiles : repasser une chemise, écraser des boîtes de conserve avec une botte en évitant les cactus, frapper une balle de baseball, distinguer un cercle caché derrière un papillon, tout cela à l’aide du stylet, et sur un seul écran… Mais rien de nouveau ici. On aurait pourtant pu imaginer, par exemple, prendre des photos avec sa DSi et les incorporer dans un jeu. De plus, on a déjà vu passer sur cette console beaucoup de softs de ce genre bien mieux réalisés. Non, l’intérêt indéniable de ce WarioWare, c’est qu’il vous apprend les rudiments de la programmation d’un jeu vidéo !

"L’être humain doit créer"
Bien entendu, pour cela, il faut au préalable suivre les cours. Ils sont dispensés dans le WarioWareInc par Penny, une petite fille très pédagogue, sous la forme d’un dialogue assez drôle entre Wario et elle. On y apprend à colorier l’arrière-plan, y placer différents éléments de décor (arbres, rochers… ou éléments de Super Mario version NES) puis dessiner l’objet principal du jeu, c’est-à-dire celui sur lequel il va falloir interagir pour gagner. Jusque-là, tout va bien. Ensuite, ça se complique un peu avec l’apprentissage de la programmation, qui fonctionne suivant une grille logique : si par exemple on touche le lapin avec le stylet, celui-ci doit se transformer en lapin mort. Il faut alors que "l’interrupteur" lui correspondant passe de Off à On, déclenchant ainsi la banderole "Gagné !". Ce n’est là que la première étape : en étant bien studieux, vous parviendrez par exemple à compliquer les mouvements du lapin à toucher, à ajouter des objets en mouvement dans le cadre, etc. Vous ne créerez certes pas le futur épisode de Zelda, mais vous commencerez ainsi à comprendre comment on fabrique de tels programmes. Et même si vos premières créations seront très sommaires, vous éprouverez un réel plaisir à voir que le jeu que vous avez imaginé fonctionne, quelles que soient ses qualités.

La composition pour les nuls

Vous l’avez remarqué, la musique joue un très grand rôle dans le jeu vidéo. Eh bien, vous allez aussi pouvoir créer celles de vos jeux, en utilisant et modifiant des morceaux déjà existants ou en écrivant vous-même la partition. Vous disposez pour cela d’un miniclavier de piano de deux octaves. Sélectionnez d’abord l’instrument qui doit jouer (il y en a 48 disponibles, du piano au cri de canard) puis tapez les notes. Une formation musicale est évidemment un plus dans cette étape. Il est aussi possible de chanter la mélodie dans le micro de la DS, mais la transcription en est souvent hasardeuse. Faites de même pour les 3 autres pistes musicales, ajoutez une partie de percussion, avec des sons globalement délirants, superposez le tout et vous obtenez une cellule musicale de 5 pistes. Vous pourrez en coller jusqu’à 24 différentes bout à bout pour créer un disque. 3e volet de WarioWare DIY : la création de BD. Moins originale, mais amusante tout de même, cette partie du jeu vous permet de créer des mini BD de 4 ou 5 cases. Vous pouvez là aussi vous inspirer de celles qui sont contenues dans le jeu, débloquées au fur et à mesure de votre suivi des cours.

Suivre avec attention les cours de programmation, de composition et de dessin permet de débloquer microjeux, musiques et BD que vous pourrez utiliser comme modèles pour vos créations futures. Difficile de sécher ces cours, car seuls 7 jeux sont disponibles lorsque vous créez votre profil, et pas les meilleurs. Pas le choix, il faut apprendre avant la récré ! Lorsque vous aurez mis toutes vos idées dans la console, il sera temps d’affronter la concurrence ! Car, comme nous sommes dans un monde de partage (virtuel, en tout cas), vous pourrez échanger vos créations avec vos amis, les mettre en ligne dans la boutique NinSoft, participer à des concours de création...

Nintendo chercherait-il à recruter de nouveaux développeurs dès l’école primaire ?

Test réalisé par Philippe Istria.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux joueurs âgés de 7 ans et plus
- Aux enfants créatifs qui savent lire. Ils apprendront la logique en programmant !
- A celles et ceux qui aiment faire les choses par eux-mêmes

Vous aimerez si vous avez aimé :
- WarioWare : Touched !