Le projet micromania-zing . découvrir !
Suivez-nous
Menu

Wargame : AirLand Battle

Wargame : AirLand Battle

Vous aimez la stratégie qui fait mal à la tête ? Vous adorez vous prendre des raclées en trois secondes sans savoir pourquoi ? Alors vous aimez Wargame ! Mais si, assumez. Avec AirLand Battle, vous allez avoir encore d’autres occasions de souffrir.
Vos neurones ont survécu à Wargame : European Escalation ? Parfait, car voici une suite. Enfin, pas vraiment une suite, mais une sorte de grosse mise à jour qui se caractérise notamment par l’introduction des avions de combat. De quoi tout remettre en question sur le terrain ?

Carnage, chapitre 2

Pas de surprise au niveau de la prise en main : ce nouvel opus de Wargame reste toujours aussi exigeant. La connaissance parfaite de chaque unité est primordiale. Car si vous pensez attaquer de front une ligne de chars T-80U soviétiques avec vos légers AMX-30B2, ne vous étonnez pas de prendre une raclée.Etant donné que les mécaniques restent identiques à celles d’European Escalation, nous vous conseillons fortement de lire notre test consacré au volet précédent. Pour mieux semer la mort sur le terrain, le développeur met les petits plats dans les grands avec un nombre d’unités plus que doublé. On passe en effet de 350 à 750. Les deux forces en présence – OTAN et Pacte de Varsovie –regroupent 12 nations. Et puisque l’action se déroule en Scandinavie (le Pacte de Varsovie cherchant à couper les voies d’approvisionnement de l’Atlantique Nord), Suédois, Danois et Norvégiens sont en première ligne. AirLand Battle revoit radicalement son système de deck. Fini la course aux étoiles obtenues à chaque gain de niveau après vos combats. Ces chères étoiles qui permettaient d’acheter les unités de votre choix et motivaient la course aux points d’expérience. Maintenant, toute l’armurerie est accessible pour des decks plus spécialisés. En effet, l’accès à certaines unités les plus modernes n’est possible que si le joueur choisit de limiter son deck à une nationalité, voire à une spécialisation (blindés, infanterie, etc.). Certains aimeront, nous, nous n’approuvons pas. Concevoir un deck non spécialisé empêche donc de réunir ses unités favorites.

Kamikaze !

Dans ses modes de jeu, le dernier-né d’Eugen Systems introduit deux nouveautés. Tout d’abord, le multijoueur accueille désormais des combats en 10 contre 10 sur une carte dédiée. Il faut avouer que le résultat est un beau bordel. Mais clairement, pour les clans regroupant de nombreux joueurs, on entrevoit des possibilités immenses sur le plan tactique. Avec des decks optimisées, il y a de quoi passer des nuits blanches. L’autre nouveauté se trouve dans le solo, avec des campagnes dynamiques. Elles sont au nombre de quatre et se déroulent dans la même zone géographique (seule leur difficulté change). Ces campagnes se révèlent jouables tant en solo qu’en un contre un. Vous déplacez vos forces comme dans Risk, choisissant les cases à attaquer ou à défendre. Prendre un port ouvre une voie d’accès à des renforts. S’emparer d’une capitale vous rapporte plus de points à dépenser pour "payer" ces troupes fraiches ou appeler des frappes aériennes ou navales. L’idée est bonne, mais la campagne devient vite répétitive. Les batailles limitées à 20 minutes obligent les affrontements à se jouer sur plusieurs jours. A la fin, on doit composer avec une poignée d’unités alors qu’en nous laissant le temps il aurait été possible de vaincre au tour d’avant. L’intelligence artificielle a aussi quelque chose de déconcertant et d’imprévisible. Tantôt elle décide de camper outrageusement et d’autres fois elle fonce tête baissée. Plus pénible est l’incapacité de vos avions à voler sans se mettre le nez dans un nid de DCA ou de missiles antiaériens pourtant bien repérés. Et que dire de ces chasseurs assez idiots pour patrouiller au ras du sol au lieu de se percher hors de portée des défenses les plus légères ? Wargame AirLand Battle reste toutefois une véritable référence. C’est ce qu’on fait de mieux en matière de réalisme. Mais on a du mal à voir une vraie suite, plutôt un gros DLC.

Test réalisé par Arnaud Papeguay.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux joueurs à partir de 16 ans.
- Aux stratèges hardcore.
- A ceux qui aiment les beaux avions explosant dans des gerbes de flammes.
- Aux fans du premier Wargame prêts à repasser à la caisse.

Vous aimerez si vous avez aimé :
- Wargame : European Escalation