Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Virtual Skipper 3

Virtual Skipper 3

Pour son troisième épisode, la série des Virtual Skipper hisse la grand-voile et propose aux amateurs de régates la plus belle simulation qui soit.
Avertissement préalable : on a eu beau chercher, la rédac’ ne compte pas dans ses rangs d’expert ès voile. C’est donc sous le fallacieux prétexte que j’ai taquiné le 3’20 - un petit bateau jaune d’initiation qui se rapproche de l’Optimiste - en colonie de vacances que ce test m’a été confié. Tant mieux d’ailleurs, car Virtual Skipper 3 est tout simplement excellent.

"C’est pas l’homme qui prend la mer..."

Premier tour de force technique des développeurs de Nadéo : avoir réussi à donner à la mer un look absolument irréprochable. Reflets du soleil sur l’eau, embruns qui fouettent les marins lorsque la proue heurte une vague un peu haute, animation parfaite de la houle , de mémoire de testeur, c’est la première fois que le temps réel parvient à reproduire aussi fidèlement l’océan. Le reste de la réalisation graphique est du même tonneau :
bateaux très détaillés avec équipages animés dotés de comportements crédibles, environnements de course somptueux, effets météo saisissants... En dehors d’un menu un peu spartiate, ce troisième épisode prouve qu’un simulateur au thème pointu peut s’offrir un moteur 3D capable de rivaliser avec les usines à gaz de la simulation.
Un Flight Simulator pour les accros à Thalassa ?

Virtual Skipper 3 se veut le jeu de référence en matière de simulation de régates en 3D. Est-ce à dire qu’il ne s’adresse qu’aux experts qui ont un lien de parenté direct avec Olivier de Kercauson ? Loin de là ! Le débutant y est même particulièrement choyé : gestion automatique des voiles, indicateur permettant de se placer au mieux par rapport au vent, instruments de bord simplifiés, etc. Les pros pourront bien sûr quant à eux désactiver toutes ces aides pour régater dans des conditions de réalisme maximales face à une IA qui connaît bien son affaire. De nombreux défis permettent de surcroît à tous les types de joueurs d’affiner leur expérience avant de se lancer dans l’une des courses proposées.

Inventaire avant de lever l’ancre

Côté plans d’eau, les développeurs ont retenu les baies de Quiberon, de San Francisco, de Porto Cervo, de Sydney, de Hauraki (Nouvelle Zélande), de l’île de Wright et de Tahiti. Même luxe du côté des
bateaux où la sélection va du petit Melges 24 à l’énorme trimaran Open 60 en passant par un navire de type Coupe de l’America et un Offshore Racer. Ajoutez à cela de nombreuses régates en solo et sur Internet ainsi qu’un éditeur de plans d’eau très simple d’emploi et vous aurez un aperçu à peu près complet du contenu de Virtual Skipper 3.
Envoie la trinquette, moussaillon !

Vous l’aurez compris, nous avons été surpris puis séduits par ce titre original. Les courses sont largement aussi disputées que dans un jeu de F1 et la tactique y est autrement plus intéressante. Mieux, les créateurs ont eu le bon goût de ne pas recouvrir de publicités leurs bateaux comme c’est hélas le cas dans toutes les grandes régates de nos jours. Pas de voilier portant le nom d’une compagnie d’assurance ou celui d’un fabricant de saucisses apéritif, voilà qui redonne à la voile un peu de dignité, même si elle n’est que virtuelle. Au final, le pari est gagné pour les développeurs : que vous soyez un pro ou un novice, Virtual Skipper 3 démontre avec un certain brio que les courses sur l’eau sont tout aussi passionnantes – voire plus – que les courses de voitures. On le recommande donc chaudement aux passionnés de voile comme à ceux qui commencent à en avoir marre de l’asphalte. L’une des bonnes surprises de cette fin d’année.

Test réalisé par Capt’ain Pan’.

Avis de la rédaction

A qui s'adresse ce jeu ?
- Aux amateurs de voile
- Aux pros comme aux novices
- Aux amateurs de jeux de course qui ont envie de respirer un peu d’air pur


Vous aimerez si vous avez aimé :
- Virtual Skipper 1 et 2