Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Unreal Tournament

Unreal Tournament

Les qualités indéniables d'Unreal Tournament en font un challenger de taille face au mastodonte qu'est Quake III Revolution. Les fraggers reprennent du service !
Fort d'un palmarès conséquent sur PC, Unreal Tournament se retrouve tout naturellement propulsé dans la danse des Quake-like sur PlayStation 2, emboîtant le pas à Time Splitters et Quake III Revolution. Contrairement au premier et à l'instar du second, Unreal Tournament ne s'encombre pas d'un quelconque scénario, ou tout au plus la participation à un tournoi face aux meilleurs adversaires venus des quatre coins de la galaxie.

Orienté multijoueurs

L'un des principaux attraits des titres de cette catégorie réside sans nul doute dans les affrontements contre des adversaires humains. C'est partant de ce constat qu'Unreal Tournament affiche nettement son orientation multijoueurs. En témoignent les différents modes de jeux : le Deathmatch, bien entendu, mais aussi la Domination où l'enjeu consiste à prendre possession et tenir des points stratégiques le plus longtemps possible. On trouve aussi les autres modes classiques que sont la Capture de drapeau, l'Assaut ou le Défi. Bref, tout dans Unreal Tournament est mis en OEuvre pour vous préparer à affronter des adversaires moins artificiels... Des joueurs humains vous dites ? Quelle jouissance !
Bien entendu, la PlayStation 2 ne pouvait rivaliser ni avec une Dreamcast ni avec un PC. Et pour cause, pas de modem dans la PlayStation 2. Heureusement, reste l'écran splitté qui offre la possibilité de jouer à 4 en même temps. Les furieux du genre pourront même se procurer un câble iLink et jouer avec deux consoles et deux télévisions !
Qui veut de la cervelle de Bots ?

Les bots (les monstres en somme), alliés ou adverses, agissent de façon réaliste et adoptent des comportements qui, toutes proportions gardées, s'approchent de ceux d'un humain. Ils sont néanmoins moins nombreux dans l'arène que dans la version PC. L'IA manifeste une bonne agressivité sans toutefois se montrer infaillible. Avec les quatre niveaux de difficulté s'échelonnant de novice à inhumain, chacun devrait trouver chaussure à son pied.

La grosse artillerie

En ce qui concerne l'arsenal, Unreal Tournament contient la panoplie du parfait fragger : du Flak Cannon au Ripper à disques en passant par le Pulse Gun, l'Enforcer ou le dévastateur Redeemer. Les campeurs se réjouiront de la présence du Sniper Rifle, pourvu d'un puissant zoom et les plus suicidaires se contenteront de la tronçonneuse. La variété et la quantité demeurent présents.

Maniabilité qui tue

La maniabilité d'Unreal Tournament se révèle vite intuitive et ne décevra pas les habitués du couple clavier-souris. Toutes les touches du pad se trouvent exploitées. Si l'on apprécie les dix configurations, on se demande toujours pourquoi ne pas avoir offert de configuration libre. On apprécie cependant la possibilité de connecter un clavier et une souris via le port USB, presque indispensables si vous voulez progresser rapidement.
Graphiquement, Unreal Tournament n'à aucune raison de rougir face à un PC survitaminé, dopé d'une carte accélératrice dernière génération. Les différents environnements, ainsi que les personnages jouissent de textures efficaces et les effets de lumières font preuve d'un savant dosage.
L'ambiance sonore contribue à l'immersion même si, pour profiter pleinement de l'expérience, il est conseillé de couper la musique. Un petit bémol concernera l'animation des bots, manquant de fluidité et de décomposition dans leurs mouvements. De plus, durant les scènes surchargées d'explosions ou d'adversaires, on retrouve un problème rencontré dans Quake III Revolution : le moteur peine et l'on note quelques ralentissements pour le moins désagréables. Malgré cela, Unreal Tournament remplit ses promesses et satisfera les habitués.

Test réalisé par Quan

Avis de la rédaction

A qui s'adresse ce jeu ?
- Aux amateurs de frags
- Aux gâchettes faciles


Vous aimerez si vous avez aimé:
- Quake III Revolution