Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Two Worlds II

Two Worlds II

Le premier opus de Two Worlds avait laissé un avis partagé au public. Les développeurs tentent de remettre le couvert avec une suite sans lien direct avec le premier, et donc accessible aux nouveaux joueurs.
Bourré de bugs, techniquement perfectible, le premier Two Worlds démarrait comme un vieux Diesel souffreteux. Une réalisation qui a partagé le public entre ceux qui ont su passer au-delà pour profiter de la richesse du jeu, et les autres. Rassurez-vous, Two Worlds II prend le même chemin. Ce qui, pour une suite, se révèle déjà nettement moins acceptable ! Et au fil de l’aventure, on constate que le successeur est digne de l’original… en tous points.

Bonjour, moi pas parler bien le France

Toujours comme le premier opus, Two Worlds II se distingue par un doublage français d’une nullité abyssale. A croire que c’est fait exprès… Pour l’immersion – critère tout de même crucial dans un jeu de rôle – cela n’aide pas franchement.Les joyeux "ah ah !" du héros lorsqu’il saute (mon Dieu…) font écho à des dialogues franchement mauvais. Votre avatar, supposé être "amusant" avec sa répartie à la 007, s’enfonce surtout dans les profondeurs des mauvaises vannes et autres phrases grotesques. Dur dur. Armé de notre motivation, nous avançons toutefois dans le soft puisque Two Worlds premier du nom avait des arguments compensant ses faiblesses. Au niveau du scénario, que les développeurs avaient prétendu bien supérieur à celui du premier, on note surtout qu’il s’avère plus dirigiste. Et ce sans toutefois être irréprochable en termes d’ambiance et de rythme. L’univers, toutefois, reste pleinement ouvert et libre à chacun de l’arpenter pour en découvrir la variété. Zones de marais, forêts, villes d’inspiration asiatique ou arabe composent un ensemble varié. Toutefois, graphiquement le titre n’est guère satisfaisant sur Xbox 360. Techniquement parlant du moins, car on constate étrangement que le design des régions et surtout des villes se révèle supérieur à ce qu’offrait son prédécesseur. La créativité est donc bien présente !

Moi, ce héros !

Pour sauver le monde, et accessoirement sa sœur que le tyran local détient captive pour en voler le pouvoir, notre héros suit une montée en puissance progressive et plus qu’agréable. Simple moins que rien au début, il se transforme en machine à tuer. Pas de classe à choisir : vous assignez librement vos points gagnés à chaque niveau aux spécialités qui vous conviennent le mieux. Bien fait, ce système se montre flexible et offre pas mal de choix sans s’avérer trop complexe à appréhender. Mais quelle que soit votre puissance, deux autres défauts du jeu vous ramènent toujours à la dure réalité : à savoir des commandes pénibles manquant de précision, notamment en combat, et une interface hideuse et peu pratique qui vous complique la vie. Du côté de l’artisanat, on retrouve des bases proches du jeu original. Notamment, il s’avère possible de détruire n’importe quel équipement pour en tirer des matériaux à même d’améliorer les pièces que vous souhaitez garder. L’alchimie donne aussi la possibilité de jouer à la Chimie amusante en mélangeant ce que vous trouvez au cours de l’aventure (herbes, viande, etc.) pour en tirer de nouvelles potions. Disposant d’une durée de vie très correcte, Two Worlds II offre aussi des éléments intéressants, comme son multijoueur qui permet de se réunir de deux à huit participants pour partir à l’aventure en coopération, ou au contraire participer à des duels ou divers types d’affrontements en équipes. Or, il faut reconnaître que ce type d’option manque à pas mal de RPG de qualité. Quel dommage que Two Worlds II souffre de trop de faiblesses masquant ses réelles qualités…

Test réalisé par Arnaud Papeguay.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux joueurs à partir de 16 ans
- Aux fans inconditionnels (et en manque) de RPG
- A ceux qui savent regarder au-delà des simples questions techniques
- Aux joueurs patients

Vous aimerez si vous avez aimé :
- Two Worlds