Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Tony Hawk's, Downhill Jam

Tony Hawk's, Downhill Jam

Le comportement des éditeurs face à la Wii varie : certains tentent le risque d’une création originale, d’autres adaptent timidement des produits déjà existants… Activision opte pour un compromis.
La célèbre franchise Tony Hawk symbolise pour beaucoup l’ultime simulation de skate, la quête permanente du trick ultime, d’un enchaînement ininterrompu de figures techniques requérant une concentration constante. Downhill Jam n’a rien à voir avec tout cela.

Elle descend de la montagne à skate

Cet opus spécifiquement développé pour la Wii s’apparente plus à un jeu de course, un peu dans l’esprit des SSX, puisqu’il s’agira de dévaler de longues descentes à toute berzingue en enchaînant divers tricks. Passée la surprise de ce revirement, l’idée ne semble pas mauvaise, d’autant que Neversoft adopte une approche très arcade. Vous pourrez ainsi choisir votre avatar parmi une liste de sympathiques skaters caricaturaux (à débloquer progressivement) dont Tony semble être la seule tête connue. Diverses tenues (toujours à débloquer) sont disponibles ainsi que des skates (à dé… à dé… bon d’accord, je vous aide : ça commence par "dé" et se termine par "bloquer") aux caractéristiques spécifiques favorisant la vitesse, le saut, les figures ou le combat. Eh oui, les courses se révèlent mouvementées et il faudra parfois coller quelques coups de lattes made in Road Rash, histoire d’inculquer à ces malotrus à roulettes les bases de la politesse (à savoir vous céder le passage). En apparence, les courses semblent nombreuses, réparties en plusieurs poules d’une dizaine d’épreuves mais en réalité, on visite souvent sur les mêmes destinations : Los Angeles, San Francisco, Hong Kong, Pérou, Ecosse… Heureusement, la variété des objectifs (course classique, slalom chronométré, destruction d’éléments, concours de tricks,
distribution de baffes aux piétons, duel, etc.), la diversité des zones (larges, aériennes, étroites, sinueuses, avec circulation, en sous-sols…) et surtout l’abondance d’embranchements ou de passages secrets assurent une certaine variété. Reste à se frayer un chemin jusqu’au podium.
Le skate pour les nuls

Toutes les figures, les grinds, les sauts, l’accélération ou les coups se font à l’aide de boutons et la fonction gyroscopique de la Wiimote se cantonne à une application basique. Tenue horizontalement, elle permet de se pencher sur les cotés (ou pivoter en l’air), de se relever en cas de chute et de déclencher un boost. C’est peu mais bien assez considérant le résultat très approximatif obtenu. Le jeu compense par un certain laxisme dans les enchaînements, les réceptions et surtout les grinds, débouchant sur un gameplay finalement accessible, mais très simpliste.
On regrette d’ailleurs que ce Tony Hawk n’assume pas complètement son aspect arcade en introduisant des bonus à la Mario Kart, car du coup, l’action se résume vraiment à de la course ultra basique, qui montre vite ses limites en multi.
Pour ne rien arranger, la réalisation verse dans le quelconque et les dialogues, qui tentent d’instaurer un semblant d’ambiance, sombrent dans le débile superficiel. Downhill Jam n’est pas un mauvais jeu et l’on peut s’y amuser un peu, mais difficile de s’emballer vu le manque de profondeur du gameplay, le sous-emploi total de la Wiimote et le prix prohibitif.

Test réalisé par Frédéric Dufresne.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux joueurs de plus de 12 ans
- Aux amateurs de descentes
- A ceux qui veulent mettre la main sur le seul jeu de skate disponible au lancement


Vous aimerez si vous avez aimé :
- SSX on Tour