Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Tomb Raider : l'Ange des Ténèbres

Tomb Raider : l'Ange des Ténèbres

Voilà longtemps que nous n'avions pas eu droit à notre dose de Tomb Raider et au déhanchement provocateur de Lara Croft. L'attente fut longue, reste à savoir si elle valait la peine.
Réjouissez-vous messieurs, Lara Croft passe à 5000 polygones. Je vous laisse deviner à quels endroits stratégiques les "formes" supplémentaires semblent avoir été placées. Mais passons aux faits. Le joli popotin de Lara a bien des ennuis. Alors que les meurtres se multiplient à Paris (plutôt une ville glauque qui représente soit disant Paris), son mentor Werner Von Croy est assassiné sous ses yeux. Et devinez qui est accusée ? Prise au c?ur d'une intrigue où le meurtre se mêle à la magie noire, Lara doit prouver son innocence, et pour se faire mettre à jour une conspiration diabolique.
Se farcir son PC à coups de hache
Bon, je suis peut être un "looser" né qui n'a pas de chance dans la vie, mais lancer proprement Tomb Raider sur mon PC, ça a été mission impossible. Passage par la case patch nécessaire, et même là les gags sont au rendez-vous : le jeu crashe tous les .exe quand on le quitte, le menu de configuration fait ramer l'interface, les cinématiques au format mpeg n'apparaissent pas (il faut les lire manuellement dans le répertoire du jeu) mais celles calculées en temps réel marchent très bien, etc. Etrangement, certains de ces problèmes ne sont pas apparus sur le PC de la rédaction, c'est donc au petit bonheur la chance.
Une fois le jeu (enfin) lancé, vous pourrez goûter aux nouveautés. Notre amie Lara a appris à parler avec les personnages qu'elle rencontre. Parfois des options de réponse se présentent à vous. Généralement sans grands effets, elles peuvent conduire à se faire flinguer par un personnage susceptible. Pour accompagner Lara dans son aventure, un nouveau venu jouable fait une apparition tardive, à savoir Kurtis.
Enfin, il sera possible de faire évoluer la belle de manière simpliste : à certains endroits, des portes à enfoncer ou des éléments du décor à déplacer augmenteront votre force. Cela vous permettra alors d'agir sur d'autres objets que vous n'avez pas pu manipuler. Pour accompagner le tout, un pathétique "je me sens plus forte" vous donnera certainement envie de vous jeter par la fenêtre.
Regarde, mon clavier, il vole !!
D'accord, je sais que les admirateurs de Lara se font à la maniabilité particulière de la série. Sur cet opus, c'est sûr, les fans seront comblés. Caméras mal placées, réactions aléatoires (un coup Lara réagit trop vite et nous fait un 360°, un coup elle est aussi lourde qu'un mammouth) et autres entachent le jeu. On a beau essayer au clavier-souris, au pad, au joystick, avec les pieds ou la tête en bas, rien n'y fait. Les changements de sensibilité constants en fonction de l'angle de caméra poussent vite à la folie. Du coup, le jeu qui n'est pas particulièrement difficile en devient artificiellement dur.
Ce défaut est vraiment frustrant, car le scénario est immersif, les niveaux assez bien réalisés et l'ambiance pas trop mal. Bref, voici le genre d'erreur qui vous pousse à abandonner un soft qui a pourtant un potentiel certain.
Lara ! Ton pied... Il a disparu !
Autre détail agaçant pour un énième volet de Tomb Raider et, surtout, pour un jeu du XXIe siècle : la flopé de bugs graphiques. Pieds qui s'enfoncent dans le sol, traces de pas dans le vide, marques de pas profondes sur un sol dure (Lara, met toi au régime, mince !), membres qui passent à travers le décor, queue de cheval qui rentre dans le dos, mains qui saisissent le vide en grimpant à l'échelle, etc. Evidemment, ça ne remet pas en cause le plaisir de jouer ni l'ambiance. Mais ça fait tâche.
Les cinématiques ne sont pas non exempte de défauts non plus. Les personnages sont trop cubiques. En particulier, ils ont hérité des mains de Goldorak. C'est encore une fois dommage, car les décors sont assez soignés. Ce petit détail, ici aussi, vient gâcher le plaisir.

Qui veut de ce Lara Croft alors ?
L'Ange des Ténèbres se destine donc uniquement aux fans de Lara qui sont prêts à lui pardonner ses défauts. Cela est bien triste, car l'aventure vaut le coup, mais on a l'impression que les développeurs ont tué la poule aux ?ufs d'or. Ce jugement peut paraître sévère, mais il est proportionnel à la déception de voir gâcher une aventure qui aurait pu être sympa.

Test réalisé par Arnaud Papeguay.

Avis de la rédaction

Ce jeu s'adresse à :
- Aux fans de Tomb Raider évidemment,
- Aux joueurs dont le cerveau arrive à être en phase avec le gameplay,
- A ceux qui préfère le scénario à la réalisation technique,
- Aux joueurs qui ont les nerfs solides,


Vous aimerez si vous avez aimé :
- Tomb Raider : La Révélation Finale
- Tomb Raider : sur les traces de Lara Croft