Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Tom Clancy’s Ghost Recon Adv. Warfighter 2

Tom Clancy’s Ghost Recon Adv. Warfighter 2

Comme pour le précédent épisode de GRAW, les possesseurs de PC n’héritent pas d’une simple conversion de la mouture console, mais d’un titre orignal. Si la démarche est louable, le résultat s’avère plus équivoque.
Ils sont beaux, ils sont grands, ils sont forts : les Ghosts sont de retour, toujours prêts à défendre la veuve, l’orphelin et l’impérialisme américain ! Heureusement, on peut esquiver le gros des rafales de clichés aux relents de propagande, en zappant d’un habile clic des briefings aussi inutiles qu’inintéressants.

C’est différent, c’est pas pareil

L’intrigue "mexicaine" et la phase consistant à choisir son équipe ainsi que son équipement, parmi une pléthore d’armes disposants chacune de plusieurs options (lunette, silencieux, etc.), sont les seuls éléments communs avec la version Xbox 360. Une fois sur le terrain, on découvre un autre jeu : vue subjective imposée, niveaux radicalement différents et un système de gestion de votre équipe nettement plus évolué. Outre le Cross Com qui sert à donner simplement des ordres directs, la carte tactique permet d’échafauder des plans d’action puis de les déclencher pour des interventions simultanées.
Le genre d’option susceptible de faire vibrer les nostalgiques de Rainbow 6 Ravenshield, mais qui se révèle complètement superflue dans les faits. Et c’est un peu le problème de GRAW2 : le jeu alterne constamment les caresses et les baffes, le plaisir et la frustration.
Le chaud et le froid

D’un coté, les zones d’action sont vastes, relativement variées (industrielles, urbaines, désertiques, diurnes ou nocturnes) et laissent un petite liberté de mouvement. De l’autre, les 10 missions s’expédient beaucoup trop vite, les objectifs demeurent basiques (jamais de balades en hélico ou en blindé pour se défouler), les ennemis sont toujours placés aux mêmes endroits et les temps de chargement… favorisent la lecture. Constat tout aussi mitigé du coté de l’I.A. Les alliés se débrouillent de façon à peu près correcte, offrant une aide réelle lors des fusillades, mais ils peinent parfois à vous suivre et les adversaires font preuves de stupidité. Notez que cela ne les empêche pas d’être dangereux car ils vous repèrent parfois de nuit, à 800 mètres, à travers des buissons, parce que votre tête dépasse d’une palissade. Il en résulte des morts aussi rapides que frustrantes et des moments de "si j’avais les développeurs sous la main, je leur [insérez la torture lente et très douloureuse de votre choix]".
De même, on se réjouit de bénéficier de différents soutiens logistiques (drone aérien de reconnaissance, mule transportant du matériel, mortier, bombardement, tank) mais l’on peste lorsque les engins restent bloqués contre un poteau ou tirent vainement en continue sur un mur derrière lequel se trouve un véhicule ennemi.
Si GRAW2 parvient à faire pencher la balance du bon coté (normal pour un GRAW… désolé), il le doit à son ambiance réussie, ses nombreux moments de bravoure et sa prise en main intuitive. Néanmoins, le résultat demeure bien en deçà de la version Xbox 360, tant sur le plan technique que sur celui du fun.

Test réalisé par Frédéric Dufresne.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux joueurs de plus de 16 ans
- A ceux qui aiment les FPS tactique… mais pas trop


Vous aimerez si vous avez aimé :
- Ghost Recon Advanced Warfighter
- Rainbow 6 Vegas
- SWAT 4