Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Time Stalkers

Time Stalkers

Avec Time Stalkers, Sega renoue avec la tradition des bons vieux RPG. Certes, la recette n'est plus toute fraîche, mais la magie opère...
Vous incarnez Sword, un jeune homme dont la vie se trouve radicalement modifiée le jour où il croise une jeune fille au charme enivrant. Projeté dans un livre, il va devoir affronter mille dangers et découvrir sa réelle destinée. Rêve ou réalité ? A vous de le découvrir...

C'est dans les vieux pots...

Ne cherchez pas une quelconque originalité ou des innovations à profusion,
Time Stalkers se contente de reprendre les ingrédients d'un bon RPG. Le principe le rapproche d'un jeu d'aventure classique, tel que Zelda : combats, découverte d'indices, évolution du personnage... A noter la possibilité d' "acheter" des jeux pour la Virtual Memory, moyennant des tokens acquis en cours de jeu.
Références, références

Les connaisseurs reconnaîtront dans Time Stalkers quelques références, telle cette jeune fille avec son lapin blanc, rencontrée au début de l'aventure. Le contexte ne rappelle-t-il pas aussi l'Histoire sans fin avec le livre magique ? Les monstres capturés que l'on peut soigner ou ranimer ne seraient-ils pas inspirés des célèbres Pokémon ? Ou encore le système de donjons générés aléatoirement qui fait indéniablement penser à celui de Diablo. Ces petits clins d'œil ne font qu'éveiller notre curiosité et on se plaît à dénicher les détails disséminés par les programmeurs.

Une interface rôdée

Vous dirigez votre personnage animé en 3D dans des décors pré-calculés, tout comme dans Final Fantasy VII.Toutefois, une vue subjective à la troisième personne est disponible, bien que sans grand intérêt pour le déroulement des événements.

Les combats s'effectuent au tour par tour : vous sélectionnez l'action désirée, puis la cible à attaquer. La gestion de l'inventaire, quant à elle, se fait par menus déroulants : les habitués du genre, tout comme les néophytes, apprécieront cette simplicité. Nul besoin de connaissances particulières pour aborder Time Stalkers.
Agréablement esthétique

Graphiquement, Time Stalkers est haut en couleurs et fourmille de détails. La caméra se révèle dynamique et suit correctement le personnage, offrant le plus souvent le meilleur angle de vue possible. Lors des séquences cinématiques, on assiste à des travellings, zooms et autres plans larges, techniques empruntées au Septième Art. Les textures sont à l'image de l'ensemble, riches et très colorées. Idem pour les jeux de lumière. Les animations et mouvements des personnages sont bien décomposés. On ressent l'impression d'évoluer dans un véritable dessin animé. Le tout demeure néanmoins bien en deçà d'un Final Fantasy VIII.

To be ou ne pas être ?

Mais à ce tableau idyllique viennent se greffer quelques bémols. Tout d'abord, le désagréable mélange franco-anglais de l'interface. Les dialogues sont traduits de façon parfois approximative tandis que les menus et la description des lieux restent dans la langue de Shakespeare. Cela n'a pas d'incidence majeure, mais risque toutefois de froisser les puristes. Un petit effort de finition n'aurait certainement pas nui. De plus, l'inventaire très limité (seulement quatre emplacements en début de jeu !) oblige à choisir les objets que l'on décide de ramasser d'un donjon, le surplus devant être laissé à l'abandon derrière soi... Cependant, l'ambition de Time Stalkers demeure intacte : nous divertir et, en ce sens, il remplit parfaitement son contrat.

Test réalisé par : Quan

Avis de la rédaction

A qui s'adresse ce jeu ?
- Aux fans de RPG
- Aux friands de contes
- Aux débutants aussi qu'aux joueurs confirmés


Vous aimerez si vous avez aimé:
- Zelda
- La série des Final Fantasy