Le projet micromania-zing . découvrir !
Suivez-nous
Menu

The Wonderful 101

The Wonderful 101

Les développeurs de Platinum Games offrent un beat'em all enflammé à la Wii U. Un titre drôle, très varié, au concept original, mais un peu bancal au niveau de sa maniabilité.
Un gars en tenue moulante avec un masque de justicier : que pourrait-on rêver de mieux pour assurer la protection de la Terre en cas d'invasion extraterrestre ? Réponse : cent gars en tenue moulante avec un masque de justicier, pardi ! Dans The Wonderful 101, vous n'incarnez pas un super-héros, mais une troupe entière de sauveurs de l'humanité en collants. Leur mission ? Bouter les Geathjerks, des méchants mutants-robots de l'espace, hors de notre belle planète. Hommage parodique aux sentai (séries comme Bioman), ce jeu de Hideki Kamiya (Viewtiful Joe, Bayonetta) possède un univers génialement délirant, typiquement japonais, assumé à 101 %. Barres de rire en cascade assurées, pour peu que l'on soit un peu familier du style.

Gang de justiciers
Manette en main, The Wonderful 101 se présente comme un beat'em all un peu singulier, avec une caméra placée en vue isométrique. Vous dirigez le leader de cette horde de justiciers, qui grossit au rythme des civils enrôlés, au fil de chaque niveau. Cette troupe le suit, comme de braves Pikmin et, grâce au pouvoir de l'Unimorphisation, vous pouvez les métamorphoser en différentes armes géantes. Chacune d'entre elles possède des propriétés différentes face aux ennemis. On les sélectionne en traçant une forme simple, leur correspondant, soit grâce au stick droit, soit sur l'écran tactile du GamePad. Plus le groupe possède de membres, plus les armes créées peuvent être énormes, et donc puissantes. L'Unimorphisation permet également d'actionner des mécanismes, de tendre des passerelles, ou encore de construire des échelles afin de progresser dans des niveaux. Ces derniers sont assez longs et, surtout, remplis de bonus cachés. Ce qui rend l'exploration vraiment intéressante et gratifiante. D'autant qu'entre chaque étape, il sera possible, avec l'argent trouvé, d'acheter de nouveaux coups (comme la parade ou l'esquive), des améliorations, ou encore des objets de soin.

Lost in unimorphisation

Rythmé et dynamique, The Wonderful 101 offre pas mal de situations originales et les niveaux s'avèrent inventifs et variés. On retrouve, en plus de cela, la griffe de Platinum Games, avec des boss "over the top" increvables, qui se finissent à coups de QTE, un peu dans l'esprit de Metal Gear Rising : Revengeance. Mais malgré ces bonnes qualités, le jeu souffre d'un gros manque de lisibilité à l'écran. On se perd dans la masse colorée de bonshommes et de gros aliens, au milieu des explosions. Les infos sur la marche à suivre pour progresser n’apparaissent pas toujours clairement. La caméra se place mal et on se retrouve régulièrement avec des ennemis qui vous tirent dessus hors du cadre de l'écran. C'est d'autant plus rageant que la difficulté est relativement élevée. Alors certes, vous pouvez mourir indéfiniment et reprendre directement à l'endroit de l'échec, mais la frustration de ne pas comprendre pourquoi on vient de se faire trucider énerve. Si bien qu'au final, certains passages se révèlent bien moins marrants qu'ils n'auraient pu l'être. C'est vraiment dommage, car hormis cela, le jeu reste bon et on se prend d'affection pour son esprit fou-fou et décalé.

Test réalisé par Emmanuel Bahu-Leyser.

Avis de la rédaction

À qui s’adresse ce jeu ?
- Aux amateurs de baston générale en collants, de plus de 12 ans.
- Aux aficionados des beat'em all du studio Platinum Games.
- À ceux qui ont connu Bioman plus jeunes et qui ont envie de se taper un bon délire sur les séries de ce style.

Vous aimerez si vous avez aimé :
- Viewtiful Joe sur GameCube
- Bayonetta sur PS3 et Xbox 360.