Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

The House of the Dead : Overkill

The House of the Dead : Overkill

Quand la plus célèbre série de shoot sur rails de l’histoire du jeu vidéo se relooke façon Boulevard de la Mort, ça donne House of the Dead : Overkill. Avec ce nouvel épisode, HotD assume plus que jamais son côté nanar de série B, et le résultat Wiimote en main est détonnant.
Après une compilation sympathique mais à l’arrière-goût très prononcé de copier-coller, House of the Dead revient cette fois sur Wii avec un épisode complètement inédit, une première pour la série qui s’est toujours contenté d’adapter sur console les épisodes à succès des salles d’arcade. Avec Overkill, la série de "shoot sur rails" (comprenez par là que vous ne gérez pas les déplacements de votre héros, le jeu vous baladant de scène en scène à chaque fois que tous les zombies présents à l’écran sont morts) de Sega verse définitivement dans la parodie de film de série B des années 60, avec des dialogues à 2 balles et des musiques funky kitsch au possible. Un nouveau visage qui lui va plutôt bien.Un bon zombie est un zombie mort

Placé chronologiquement avant les autres épisodes de la saga, Overkill vous permet de retrouver l’agent G (qui deviendra le héros de plusieurs autres HOTD par la suite), et le détective Washington, un jeune chien fou qui a pour devise de toujours tirer avant de parler. Dans le mode "histoire", vous devrez sauver Bayou City des mains du terrible Papa Caesar qui transforme petit à petit votre ville chérie en un sanctuaire de morts-vivants. Côté gameplay, rien n’a changé, on tire sur tout ce qui bouge jusqu’à passer à l’écran suivant en essayant de ne pas se faire mordre, et on enchaîne les shoots de scène en scène jusqu’à arriver au boss de fin de niveau, qu’il faudra achever en vidant des centaines de chargeurs sur son point faible. Si la Wiimote n’atteint pas la perfection du gun optique d’antan, la visée est précise, et en quelques chapitres, on maîtrise la bête. Le fun est présent en solo, mais jouer en tandem décuplera évidemment votre plaisir. De plus, le titre est assez gore, les jambes éclatent, les têtes volent, et le bestiaire de zombies est plus varié que jamais. Tout a ainsi été pensé pour faire d’Overkill un gigantesque défouloir devant lequel on sourit niaisement, et le titre remplit sans mal sa mission.

Tout est bon dans le kitsch

Là où House of the Dead : Overkill se différencie de ses aînés, c’est par son côté. L’image arbore un grain très particulier, et apparaît presque jaunie comme s’il s’agissait d’un film tourné sur une pellicule usée jusqu’à la moelle. Les personnages, héros comme ceux de deuxième zone, sont très caricaturaux et on joue le sourire aux lèvres tellement les dialogues sont crus, pleins d’humour et ultra cliché. La bande-son est évidemment là pour supporter cette kitsch attitude avec des morceaux funky ou de rock’n’roll "old school", qui sont pour beaucoup dans la franche rigolade que procure ce HotD manette en main. Evidemment, la durée de vie n’est pas le point fort du jeu même si les différents chapitres proposés sont bien plus longs que d’habitude et les modes que vous débloquerez sont là pour faire durer le plaisir.

En fait, sans être parfait, House of the Dead : Overkill se révèle être simplement ce qu’on attendait de lui : un jeu fun en solo et mortel à deux, qu’on ressort à chaque fois qu’un ami vient à la maison. Un défouloir tellement efficace qu’on lui pardonne aisément ses quelques petites errances techniques…

Test réalisé par Romain Mabil.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux amateurs de zombie de 18 ans et plus
- Aux fans de la série
- A tous ceux qui sont un tantinet nerveux après une journée de boulot, et qui recherchent un bon défouloir

Vous aimerez ce jeu si vous avez aimé :
- House of the Dead 2&3 Return
- Resident Evil Umbrella Chronicles