Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Super Monkey Ball : Touch & Roll

Super Monkey Ball : Touch & Roll

La famille Monkey investit la portable de Nintendo. Prêt à remettre à l’épreuve vos nerfs et vos doigts surentraînés? Car il s’agit là encore d’un épisode ancré dans la plus pure tradition de la série. 
Super Monkey Ball fait partie de ces séries dont le concept reste immuable au gré des opus. Pour son arrivée sur DS, on peut donc s’attendre à la même ritournelle que précédemment sur GC et PS2. On prend le contrôle d’un chimpanzé coincé dans une bulle avec pour but de le faire rouler d’un point A à un point B dans un temps donné. Bien sûr, chaque niveau comporte son lot de pièges de plus en plus retords (pics, gouffres, pentes, etc.), et très vite, il faut vraiment s’accrocher pour ne pas perdre la boule ! L’usage du stylet va-t-il nous simplifier la tâche ou au contraire mettre en péril nos chers équilibristes ? Le suspens est à son comble ! Réponse immédiate…

Parfois ça fout bien les boules !

Le contenu de cette version DS reste donc sans surprise. On trouve d’abord un mode solo composé d’une section entraînement et d’un mode Défi composé de sa bonne centaine de niveaux aux couleurs acidulées (dont de nombreux vous sembleront familiers) à débloquer par série de 10. A noter que si l’on perd toutes ses vies avant la fin d’une série, on est alors contraint de la recommencer depuis le début. Et ça ça fout les boules tant on s’arrache les poils de monkey pour réussir certaines étapes ! Côté maniabilité, rien de désarçonnant là non plus. L’action se déroule sur l’écran du haut et sur l’écran tactile apparaît le petit singe enfermé dans sa bulle.
Le stylet permet de le faire avancer en tous sens exactement comme on le ferait avec le pad. Néanmoins, la fonction tactile est loin d’être aussi efficace pour les travaux de précision (et la caméra trop mobile n’arrange rien à l’affaire). Fort heureusement, les concepteurs ont, semble-t-il, pensé à nos nerfs et on peut donc à tout moment négliger le stylet au profit des flèches directionnelles. Ouf ! J’étais justement sur le point d’encastrer la DS dans le mur.
A quand le cassage de barrières ?

En parallèle du mode Défi, on trouve 6 mini-jeux (dont 2 inédits). Tous sont accessibles en multijoueur avec chacun son exemplaire du jeu et 3 d’entre eux sont jouables jusqu’à 4 avec une seule carte. On a : les courses avec collecte d’options à la Mario Kart, le bowling, le mini-golf (sans doute le mieux fait des six), le hockey (proche d’un jeu de palets), les combats où il faut éjecter les adversaires hors du ring et enfin un FPS gentillet. L’écran tactile est ici aussi hautement mis à contribution.
Etque cela soit pour faire un swing, marquer des buts au maillet ou donner de l’effet à sa boule de bowling, le gameplay se révèle bien pensé et efficace. On peut même aller jusqu’à dire qu’on est plus à l’aise avec le stylet que dans le mode de jeu principal. Globalement, on obtient donc un jeu assez sympa auquel on n’a pas grand-chose à reprocher si ça n’est son très grand classicisme tant au niveau du contenu que de la réalisation d’ensemble.
Même si une première incursion sur DS n’était peut-être pas l’occasion idéale pour se lancer, on aimerait, à terme, plus de fantaisie dans l’univers de la série.

Test réalisé par Carine Larsen

Avis de la rédaction

A qui s'adresse ce jeu ?
- A ceux qui ne ratent jamais un Super Monkey Ball
- Aux joueurs adroits et outrageusement patients
- Aux jeunes joueurs disposant d’un grand frère ou d’une grande sœur pour leur prêter main forte pour passer certains niveaux.


Vous aimerez si vous avez aimé :
- Super Monkey Ball sur GC
- Super Monkey Ball 2 sur GC
- Super Monkey Ball Deluxe sur PS2