Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Spider-Man : Aux frontières du temps

Spider-Man : Aux frontières du temps

Spider-Man Dimensions a redoré le blason des jeux consacrés à l’homme-araignée et, surtout, offrait quatre Spider-Man différents en un jeu. Les temps étant à la récession, il faut se contenter de deux ce coup-ci.
Surfant logiquement sur les qualités de Spider-Man Dimensions, Activision nous propose à un an d’intervalle une nouvelle aventure de l’homme-araignée. Mais pour le coup, à imposer un calendrier si serré, les évolutions sont moins flagrantes, voire inexistantes. Le fan doit se contenter de deux versions de Spider-Man : Amazing et de 2099. Les deux univers convergent lorsque le vilain de service, Walker Sloan, décide en 2099 de remonter le temps avant que son père ne fonde l’entreprise dont il a hérité : Alchemax. Ainsi, il crée lui-même la société en utilisant toutes les connaissances de 2099 et modifie considérablement le passé. Miguel O’Hara, Spider-Man de 2099, doit alors s’allier avec Peter Parker, Spider-Man de notre époque, et le convaincre que le monde qu’il connait n’est pas la réalité. C’est donc en passant d’un héros à l’autre, chacun progressant à son époque, que vous allez devoir rétablir le cours du temps. Sachant que chaque action de Peter Parker affecte le futur de Miguel O’Hara. Ainsi, un prototype de robot détruit par Parker délivre son partenaire d’une menace mortelle en 2099. Un ascenseur démoli dans le présent change celui dans lequel O’Hara se trouve… en placard.Bâclé ?

Si Dimensions avait des arguments pour séduire, Aux frontières du temps fait figure de jeu allégé à côté. Outre le fait que le nombre de héros est divisé par deux, le gameplay aussi a été passé à moulinette de la simplification. Moins nuancé et nettement moins subtile, il se montre rapidement répétitif en dépit des améliorations à débloquer pour chaque héros. Pas de mécanisme de contre ni de réelle esquive en dehors d’un pouvoir pour chaque Spider-Man qui permet de devenir insaisissable. Les niveaux également manquent cruellement d’inspiration et le joueur a souvent le sentiment d’accomplir la même chose en boucle. Certains passages imposent des vagues sans fin qu’on peut heureusement contourner en se frayant un passage jusqu’à la zone suivante afin d’abréger l’affrontement. Ce système de réapparition des ennemis dénote un certain manque d’imagination. Un Spider-Man vite conçu, vite lancé : tel est le sentiment qui domine après notre test. Attention, le jeu n’est pas un désastre, il s’agit juste d’un titre très moyen qui manque de saveur.

Test réalisé par Arnaud Papeguay.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux joueurs à partir de 16 ans.
- Aux fans du concept de paradoxe spatiotemporel.
- A ceux qui veulent deux Spider-Man pour le prix d’un.

Vous aimerez si vous avez aimé :
- Spider-Man Dimensions