Le projet micromania-zing . découvrir !
Suivez-nous
Menu

Sorcery

Sorcery

Utiliser le PS Move comme une baguette magique ? Ce rêve de gosse aurait pu donner vie à un jeu d’aventure inoubliable. Malheureusement, beaucoup de défauts viennent ternir la magie de cet univers enchanteur...
Finn est un apprenti sorcier maladroit, mais qui recèle un potentiel unique. Après s’être aventuré dans le Monde Magique, accompagné de la taquine chatte Erline, il brise un mystérieux enchantement. Les deux compères se retrouvent alors poursuivis par les sbires de la sorcière Cauchemar et doivent contrecarrer ses desseins maléfiques. S’ensuit une aventure agréable à suivre, au ton léger, mais non dénuée de moments un peu poignants.

Abracadabra

Vous incarnez le jeune homme et dirigez sa baguette magique à l’aide du PS Move. Les déplacements, eux, se font grâce à la manette de navigation ou, si vous n’en avez pas, au pad traditionnel – bien moins confortable.On progresse dans l’aventure en affrontant des monstres et en actionnant des mécanismes, grâce aux divers sortilèges à disposition. Au fil de l’histoire, Finn apprend de nouveaux enchantements (glace, feu, vent, etc...) et peut même en combiner certains, pour générer par exemple, des tornades de feu. Il est possible de donner des trajectoires courbes aux projectiles magiques, afin d’atteindre les adversaires qui se cachent. Quelques monstres demandent d’utiliser des techniques particulières afin d’être vaincus. L’apprenti-sorcier peut aussi renforcer ses attributs de façon permanente (santé, puissance, résistance...) à l’aide de potions, à concocter soi-même, en mimant les mouvements au PS Move. Il faudra expérimenter différents mélanges d’ingrédients, achetés ou obtenus dans les coffres, afin de les débloquer. On est donc en présence d’un véritable jeu d’aventure qui utilise le "motion gaming" au cœur de son gameplay, un peu à la manière de Skyward Sword. Il ne prétend toutefois pas l’égaler et reste extrêmement plus simpliste dans ses mécanismes, car il se destine surtout aux tous jeunes ados (malgré une classification PEGI 12+ un peu étonnante).

Cauchemar en cuisine

Dans l’ensemble, le principe est vraiment très sympa et l’utilisation du détecteur de mouvement s’avère justifiée et immersive. Malheureusement, toutes ces bonnes idées de départ sont gâchées par une réalisation inégale et des niveaux assez mornes. Bugs en tous genres, collisions hasardeuses, caméra imprécise, détection des mouvements qui laisse parfois à désirer, chutes de framerate et soucis de synchronisation verticale : les défauts de finitions s’accumulent et finissent par gâcher le plaisir. Le titre avait pourtant été retardé, afin d’être peaufiné, mais ça n’a manifestement pas suffit. À côté de cela, les combats, ainsi que les mécanismes de jeu deviennent vite répétitifs et l’aventure se boucle très vite. S’ajoute une progression "en couloir", trop linéaire, où il est pratiquement impossible de revenir en arrière. Un sentiment frustrant qui coupe l’envie de s’adonner au peu d’exploration possible. C’est franchement regrettable car la direction artistique reste, quant à elle, vraiment bonne, sublimée par des musiques enchanteresses, un univers charmeur et des graphismes réussis. En plus de cela, les combats contre les boss réservent des moments assez épiques. Tout n’est donc pas à jeter. Mais si l’on souhaite profiter de la magie et des bonnes idées proposées par la quête initiatique de Finn, il faudra se préparer à faire des efforts pour passer outre ses nombreux défauts. Dommage.

Test réalisé par Emmanuel Bahu-Leyser.

Avis de la rédaction

À qui s’adresse ce jeu ?
- Aux ados de 12 ans et plus (mais pas beaucoup plus).
- À ceux qui ont toujours rêvé d’envoyer des boules de feu et des éclairs avec leur PS Move.
- Aux grands enfants qui ont envie de vivre une aventure fraîche, dans un monde féerique...
- … mais qui réussiront à fermer les yeux sur les défauts du jeu.

Vous aimerez si vous avez aimé :
- The Legend of Zelda : Skyward Sword sur Wii, pour le principe aventure & motion gaming.
- À la Croisée des Mondes : La Boussole d’or