Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Smuggler's Run

Smuggler's Run

Après avoir été caïd de la pègre dans GTA, Take 2 nous propose de devenir un parfait petit contrebandier en herbe. On reste donc dans le même registre avec Smuggler's Run. Etre hors-la-loi, ça a du bon, ma foi !
Après les quelques ratées observées dans la ludothèque PS2, autant dire que j'attendais Smuggler's Run de pied ferme, avide de passer le jeu au crible de mon esprit sournoisement maléfique et machiavéliquement tordu.
Avec Smuggler's Run, on se trouve en présence d'un titre dont la qualité première réside dans son aspect fun. Inutile d'espérer un étalage des possibilités technologiques de la PlayStation 2 ici, car la réalisation, aussi bien graphique que sonore, est correcte, mais pas de quoi grimper aux rideaux. Vous incarnez donc un contrebandier devant remplir nombre de missions peu avouables au volant de sa véhicule tout-terrain, parmi les 6 sélectionnables.

6 véhicules différents, c'est maigre !

Chaque "offroad" possède un comportement et des caractéristiques propres établis en terme d'adhérence, de vitesse maxi et de résistance. Si n'importe quelle voiture peut faire l'affaire, certaines sont plus aptes que d'autres à se jouer du relief chaotique des différents décors. Forêt, désert, terres enneigées, 3 environnements bien distincts qui vous obligeront à adapter votre style de conduite et orienteront vos choix de tutures. 3 modes de jeu sont présents : on peut prendre part à un "story mode" qui propose une bonne vingtaine de missions,profiter des joies de la nature dans des escapades champêtres en totale liberté, ou participer à des échauffourées animées lors de courses uniques. Mais le principe reste toujours le même. Sorti des sempiternelles courses à checkpoint, on doit s'efforcer d'amasser avidement de l'argent en amenant de la contrebande d'un point A à un point B. A la longue, ça lasse.
Une Intelligence Artificielle qui tient la route

Que ce soit en mode Capture de Drapeau par équipe, où l'I.A. offre de jolies performances au regard des 3 coéquipiers qui vous assistent, ou en mêlée où règne la frénésie la plus totale, il s'agit de récupérer la marchandise repérable par la fumée verte qui s'en dégage (tout le monde sait très bien que la marchandise de contrebande dégage une traînée de fumée verte) et de l'amener à l'endroit de livraison matérialisé par une fumée rouge. En sachant qu'il est possible de dérober le précieux butin à l'adversaire en le percutant, on peut être sûr que les parties donneront lieu à des scènes de franche rigolade, pour peu que l'on joue à deux sur écran splitté. Des indices simples pour un concept qui se veut fun et prenant à plusieurs. La modélisation des véhicules n'offre pas de révolutions majeures mais la gestion des dégâts s'avère réussies. Il est possible de littéralement éclater la bagnole si on tente des cascades trop osées (dieu sait que le relief de l'environnement 3D s'y prête à merveille), ou si les forces de l'ordre vous coincent entre quatre pare-chocs.

Des forces de l'ordre agressives

Parlons-en de ces lascars : flics, CIA, militaires, ils sont là pour vous en faire baver et vous rappeler que faire de la contrebande, c'est mal ! On dirait de véritables bulldogs accrochés à une jambe lorsqu'ils vous ont pris en chasse ! Mais revenons à nos moutons. Chaque voiture est composée de différents éléments que vous pourrez semer au hasard de vos rencontres inopinées avec le décor, un décor que l'on peut d'ailleurs pulvériser à loisir, que ce soit les autochtones, la faune ou la flore du coin.
Cela dit, ça reste politiquement correct, pas de sang qui gicle, et un piéton, comme un mignon cervidé, se relèvera toujours, même après une spectaculaire ascension orbitale aussi soudaine que honteusement préméditée.
Tout se gâte malheureusement quand votre barre de dégâts arrive au maximum, votre voiture est alors immobilisée et vous perdez de précieuses secondes. Dans l'ensemble, on s'amuse bien avec Smuggler's Run, à ce détail près que les temps de chargements sont incroyablement longs pour de la PS2, qu'on ne peut paramétrer le niveau de difficulté du jeu, et que la voix off est à se taper la tête contre les murs, d'agacement. Ca en fait des détails, quand même !

Test réalisé par Fred

Avis de la rédaction

A qui s'adresse ce jeu ?
- Aux apprentis contrebandiers,
- Aux amoureux des activités de pleine nature,
- A ceux qui recherchent un jeu de caisse marrant.


Vous aimerez si vous avez aimé:
- Premier titre du genre sur PS2 avec Wild Wild Racing