Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Skylanders Spyro's Adventure

Skylanders Spyro's Adventure

Spyro a peut-être perdu la vedette, mais il n’a pas craché sa dernière flamme. Accompagné d’une ribambelle de copains, il revient dans un titre destiné aux plus jeunes qui brise la frontière entre jouet et jeu vidéo.
S’amuser avec ses figurines dans la cour de récré, puis les ramener à la maison et les faire s’animer sur consoles : c’est le concept assez fou que propose Skylanders. Ce joli nom désigne les habitants de la région des Skylands (où vit Spyro). Le vil Kaos a transformé ces braves bestioles en statuettes et les a exilées sur Terre. Le joueur, rebaptisé Maître du Portail pour l’occasion, a pour mission de les aider à reconstruire le Cœur de Lumière, pour rebâtir leur contrée. Car lui seul peut faire se matérialiser à nouveau les Skylanders à l’aide l’accessoire fourni avec le jeu. Sur PS3, ce fameux portail fonctionne sans fil, avec un système de piles. La grande classe.

Salles, monstres, trésors et figurines
Comme c’est souvent dans les anciens pots que l’on fait les meilleures soupes, le principe du jeu s’inspire des bons vieux hack’n’slash (Diablo II, Sacred 2...), la violence en moins, la couleur en plus. Il faut venir à bout de niveaux infestés d’ennemis en tout genre, remplis de trésors, de secrets, et parsemés, ci et là, de quelques puzzles et autres mécanismes. Chaque Skylander possède des compétences propres. Il gagne de l’expérience en battant des ennemis et peut acheter, ou améliorer ses attaques, grâce au pécule récolté dans sa quête. Classique jusqu’ici, pas franchement difficile, mais très efficace. Là où Skylanders se démarque, c’est que ces données sont enregistrées en temps réel, dans la figurine correspondant au personnage virtuel. On peut donc embarquer son jouet pour aller s’amuser avec un copain, ensemble, ou l’un contre l’autre, et revenir chez soi continuer sa propre aventure, fort de quelques XP en plus. Les figurines sont compatibles entre toutes les consoles. La simplicité d’utilisation du socle permet aussi de changer très facilement de personnage, en fonction de la situation. Certains passages secrets s’ouvrent seulement devant les Skylanders liés à une affinité élémentaire précise. Ces endroits recèlent en général l’un des précieux chapeaux, que peuvent équiper nos héroïques bestioles, afin d’augmenter leurs capacités. Ingénieux. Mais matériellement parlant, cela signifie que, pour découvrir le jeu à fond, il va falloir, soit repasser à la caisse, soit avoir beaucoup d’amis qui y jouent. Les figurines coûtent 10€ à l’unité, ou 20€ en pack de trois et il y en a 37 à collectionner. Il est toutefois largement possible de terminer juste l’histoire avec les trois héros proposés dans le pack initial.

Le plus heureux des bambins

Par conséquent, on râle un peu, certes, mais difficile de ne pas craquer devant un concept aussi sympa. Poser son jouet sur le portail et le voir apparaître en un instant à l’écran possède une dimension magique. L’aventure s’avère fraîche et pleine d’humour. Le principe du jeu est simple, parfois répétitif, certes, mais accrocheur dans l’ensemble, surtout en tandem. Le titre regorge de secrets à découvrir et de défis à relever pour améliorer ses Skylanders. Bref, si tant est que l’on soit un enfant, pour de vrai, ou que l’on ait su le rester dans sa tête : on s’amuse bien. On regrette juste une réalisation technique assez chiche pour la PS3, et que quelques petits bugs viennent ternir le plaisir.

Test réalisé par Emmanuel Bahu-Leyser.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux joueurs de sept ans et plus, mais pas trop.
- Aux grands enfants.
- Aux collectionneurs et à ceux qui ont beaucoup d’amis.

Vous aimerez si vous avez aimé :
- La Légende de Spyro : Naissance d’un Dragon
- Sacred 2 : Fallen Angel pour le principe, pas l’univers.