Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

SHERLOCK HOLMES, Le Secret de la Reine

SHERLOCK HOLMES, Le Secret de la Reine

Un des cerveaux les plus brillants de nos personnages de fiction fait une nouvelle incursion sur DS. Sherlock Holmes revient dans une aventure inédite qui pourrait bien, cette fois-ci, marquer les mémoires...
L’année dernière sur DS, Sherlock Holmes s’était penché sur Le Mystère de la Momie, dans une adaptation peu convaincante d’un vieux jeu PC. Aujourd’hui, la même équipe remet en scène le détective privé sur la console portable, et c’est donc avec un petit à priori que l’on se lance dans la nouvelle aventure… Sherlock Holmes s’ennuie à la veille de Noël et Watson cherche dans le courrier de quoi solliciter les neurones de son prestigieux ami : ce qu’il ne va pas manquer de trouver ! La transition est parfaite, comme Holmes, nous attendons de quoi enfin nous passionner, et les premières minutes de jeu suffisent à nous convaincre qu’en un an, tout a changé. Nouvelle identité graphique, nouveau style, et une histoire inédite à la clé. Tout est là pour retrouver le sourire et partir sur de nouvelles bases.L’école Layton

Drôle de retournement de situation. Sherlock Holmes, la principale source d’inspiration du personnage du professeur Layton, qui fait les beaux jours de la DS, s’inspire à son tour largement de son élève, en tout cas en matière de jeu vidéo. Ainsi, le style graphique est très orienté bande dessinée, la musique sympathique, et le tout se joue au stylet. L’enquête propose des séquences de dialogues et de recherches d’indices entrecoupées de casse-tête et petites énigmes plus ou moins difficiles, qu’il est ensuite possible de refaire hors mode histoire. Et un système de points gratifie ou sanctionne les joueurs selon qu’ils sollicitent ou non les différentes aides à la résolution. Les similitudes s’arrêtent là, et l’on découvre alors du meilleur, mais aussi du pire...
Nous devrions les pacser ces deux-là...

Techniquement, nous sommes loin d’un professeur Layton. Le jeu n’a ni sa qualité graphique et sonore, ni ses cinématiques et sa poésie. Cependant, le tableau n’est pas si noir. En effet, ce Sherlock Holmes a pour lui une véritable cohérence avec le personnage et l’univers de Conan Doyle, son créateur. Le jeu s’applique aussi à donner du sens entre l’histoire et les énigmes, ce qui n’est pas le cas du professeur Layton. Avancer dans l’aventure est plus prenant et le passage entre les différentes phases de jeu ne casse pas le rythme.
Le Secret de la Reine avait tout pour être une excellente surprise, et pourtant, son manque général de finition entache un avenir radieux. La majorité des casse-tête ou énigmes est agréable mais certains sont plus difficiles à comprendre qu’à résoudre tant les explications et consignes claires sont absentes. Les aides à la résolution sont pour la plupart inutiles, et avec ses 43 énigmes, la durée de vie ne dépasse pas les cinq heures... Vous l’aurez compris, l’idéal serait de pouvoir garder le meilleur de Sherlock Holmes et du professeur Layton. En attendant, Le Secret de la Reine permettra quand même de passer un bon moment, bien que beaucoup trop court, avec des énigmes réparties en trois niveaux de difficulté, certaines pour les enfants, d’autres exclusivement réservées aux parents. A partager en famille, le temps d’un trajet aller sur la route des vacances par exemple. Pour le retour, il faudra trouver autre chose...

Test réalisé par Mathias Lavorel

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?

- Aux fans de plus de 7 ans qui aiment se torturer les neurones et qui ont toujours un adulte, patient et avec du bon sens, sous la main.
- Aux amoureux et amoureuses de Sherlock Holmes et des casse-tête pas trop trop regardants !
- A celles et ceux qui cherchent un jeu très court qui demande une bonne dose de réflexion.


Vous aimerez si vous avez aimé :

- Professeur Layton et L’Etrange Village en plus court et plus facile.