Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Severance : Blade of Darkness

Severance : Blade of Darkness

Adeptes du point de croix et du hachoir à barbaque, Severance : Blade of Darkness va ranimer vos instincts les plus primitivement barbares. Vous allez devoir tailler, hacher, étriper, éviscérer, décapiter, et écrabouiller tout ce qui bouge !
Avec Severance : Blade of Darkness, le joueur ne va pas faire dans la dentelle. Dans une vue 3D à la troisième personne, vous contrôlez un aventurier qui doit se défaire des vilains par la force de ses armes... blanches. On baigne en plein heroic-fantasy, chevaliers, barbares, orcs, squelettes et autres ignominies vont constituer votre lot quotidien. Je préfère vous prévenir tout de suite : ce jeu est gore au possible ! Evidemment, Rebel Act, l'équipe de développement espagnole, a implémenté un "parental lock" permettant de contrôler deux niveaux de violence.
Cela dit, le titre reste déconseillé aux moins de 16 ans (qui s'empresseront de se le faire acheter par leur grand-frère), mais je dois avouer que débiter joyeusement des bouts de viandes à tous bouts de champ est franchement défoulant. On atteint carrément des sommets, et même "l'illustre" Soldier of Fortune fait figure de réalisation aseptisée à côté.
Boucherie Dupont - Vente au détail

Les membres volent de toutes parts, le sang pisse, gicle, repeint les murs, et votre héros n'est vraiment pas beau à voir lorsque vous subissez de gros dommages. Ce qui étonne le plus, ce sont les multiples façons dont on terrasse les ennemis, un vrai régal ! A mesure que vous prenez de l'expérience, et des niveaux, vous gagnez de nouveaux coups, pouvez utiliser des armes plus dévastatrices. Les 4 héros à votre disposition sont définis selon 3 critères : la santé, la défense et l'attaque. Si ces valeurs sont sensiblement différentes au départ, on se retrouve rapidement avec une véritable machine de guerre au fil des niveaux achevés. Petite particularité intéressante, si vous pouvez ramasser toutes les armes et boucliers que vous trouvez, il ne sera pas possible de tout utiliser correctement.
Ainsi, les épées à deux mains seront excellentes pour le barbare, l'amazone maîtrisera à la perfection les lances, le nain maniera habilement les haches et le chevalier sera un fin bretteur. Du point de vue du scénario, on ne va pas chercher trop loin, Dal Gurak, le vilain mage, veut conquérir le monde et vous êtes le seul à pouvoir l'en empêcher...
Un scénario bateau, mais pas de naufrage

Si les missions sont relativement linéaires, le premier niveau sera propre à chaque guerrier. Vous avez ainsi 4 façons différentes de commencer l'histoire, c'est bien trouvé. Un didacticiel permet de prendre en main simplement les commandes de base : courir, sauter, parer, tirer à l'arc, utiliser un objet, grimper. Attention malgré tout, nous n'avons pas à faire à un tomb-like ! L'aspect combat reste privilégié, et les phases d'exploration aurait mérité plus d'attention (pas de cartes des lieux ni de boussole pour se repérer !). Que ce soit en Glide ou en Direct3D, le moteur graphique est somptueux. Les jeux d'ombres et de lumières sont du plus bel effet. l'environnement sonore colle à l'action, les mélodies laissant place à des rythmes plus hachés lors des combats. Par contre, on peste rapidement contre la petite quantité de sauvegardes, 6 au total. Même si la difficulté est bien dosé, on est parfois obligé de mourir pour progresser dans l'aventure... frustrant. Par ailleurs, le mode multijoueurs a vraiment été fait à la va-vite, on s'en lasse très rapidement. Mais en définitive, je me suis bien amusé avec Severance : Blade of Darkness.

Test réalisé par Fred.

Avis de la rédaction

A qui s'adresse ce jeu ?
- Aux apprentis bouchers
- Aux apprentis chirurgiens
- Aux apprentis psychopathes


Vous aimerez si vous avez aimé:
- Die by the Sword
- Drakan
- Rune