Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Sega Soccer Slam

Sega Soccer Slam

On pensait que Sega avait atteint le summum de l'arcade avec la série des Virtua Striker... Que nenni ! L'éditeur nippon revient à la charge avec Soccer Slam, un jeu de foot à la réalisation complètement déjanté et au gameplay encore plus facile d'accès... si, si c'est possible.
Après un Worldwide Soccer ayant passé un peu inaperçu et un Virtua Striker 3 jugé assez moyen, les éditeurs de Sega récidivent avec SSS, un soft qui fait véritablement figure d'ovni dans le catalogue footbalistique de la GameCube : pas de licence, des stadiums au design fantaisiste, des matchs trois contre trois, des joueurs semblant tout droit sortis d'un Capcom vs SNK, avec en prime de la baston et une foultitude d'effets spéciaux... Voilà le résultat quand on les énerve chez Sega !

Goooooaaaaaal !

Une minette en combinaison spatiale, une nana au crane rasé, une montagne de muscle affublée d'un casque à cornes, un barbu en kilt, etc. Face à un tel casting, on commence par se demander qui des joueurs ou des développeurs ont abusé des substances illicites. Mais finalement, on est forcé d'admettre que le style manga cadre tout à fait avec l'ambiance peu orthodoxe des rencontres. En effet, SSS est l'archétype du jeu pas prise de tête (où l'on peut s'emparer du ballon par la force sans avoir à craindre d'être expulsé du terrain) et tellement facile d'accès qu'un
training de quelques minutes suffit à mettre quinze points dans la vue de l'équipe adverse. Dribble, accélérations, esquives, passes lobées, reprises, tirs au but, tacles (ou gnons, au choix), etc. Dès les premiers matchs, tout sort comme si l'on était né avec des baskets à crampons greffées aux pieds.
Plus que de l'arcade... du surréalisme

A l'instar d'un jeu de baston, les joueurs possèdent une jauge de puissance qui se remplit au fil des matchs. Quand la jauge est pleine, on peut lancer une attaque spéciale. Chaque équipe dispose de sa propre source d'énergie (feu, eau, électricité, etc.). En plein match, les joueurs se transforment en torche humaine, s'élèvent à des dizaines de mètres du sol, etc. C'est coloré, rigolo, mais tout sauf réaliste. Avec cette panoplie de mouvements de fou-malade, on part à l'assaut des modes Arcade, Coupe Continentale, Tournois, Challenge (permettant de créer
une équipe personnalisée). Malgré une difficulté peu élevée, grâce à des modes de jeu complets, des matchs accessibles jusqu'à quatre et pas mal de bonus à débloquer (articles pour booster les capacités des joueurs, artworks, terrains, équipes, etc.), SSS bénéficie d'une assez bonne longévité.
Dommage qu'avec des matchs qui tournent vite au pugilat, ils finissent fatalement par lasser.

Test réalisé par Carine Larsen

Avis de la rédaction

A qui s'adresse ce jeu ?
- Aux débutants
- A ceux qui cherchent un jeu de foot pas prise de tête
- A ceux qui ont trois potes et quatre manettes
- Aux anti-Pro Evolution Soccer


Vous aimerez si vous avez aimé :
- Premier du genre sur ce support