Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

S.T.A.L.K.E.R. : Clear Sky

S.T.A.L.K.E.R. : Clear Sky

Je suis intimement persuadé que le fait d’offrir le début d’une aventure après en avoir proposé la fin relève d’une certaine forme de mode vicieuse. Toujours est-il que Clear Sky se propose justement de vous parler de ce qu’il se passe avant S.T.A.L.K.E.R. Un retour dans la Zone qui devrait cependant ravir les fans de cet excellent jeu. Si toutefois le talent reste au rendez-vous. Suspense !
Bienvenue dans les charmants environs de la centrale de Tchernobyl, en 2011. S.T.A.L.K.E.R. : Clear Sky se déroule donc avant les aventures du premier épisode. Tout commence tandis que vous guidez des scientifiques dans la Zone. Une violente explosion d’énergie tue tout le monde… sauf vous. Retrouvé inanimé, vous voici chargé par vos sauveurs de trouver la cause de ces explosions. Des réponses en suspens dans le jeu précédent trouveront leurs explications, et quelques mystères autour du personnage de Strelok perceront.

Un monde remanié

Pour la cohérence du scénario, ne vous attendez pas à découvrir un monde tout nouveau. L’action chevauche à la fois une partie connue de la Zone mais aussi une nouvelle région : le marais. Endroit idéal pour se planquer dans les herbes hautes et où les malfrats se font oublier. Ce petit coin de paradis radioactif accueille une nouvelle espèce mutante encline à vous bouffer les mollets. Vous retrouverez donc des lieux déjà visités, mais qui, à cette époque, peuvent être aux mains de factions différentes. De même, un endroit que vous connaissiez en ruine n’aura pas encore été détruit.
Le tout offre évidemment des graphismes remaniés avec un luxe de détails et des effets de lumière superbe. C’est moins flashy qu’un Crysis mais réellement beau et immersif. Mais attention, machine récente recommandée pour en profiter !
Ca grouille de vie

Clear Sky se découpe en deux parties. Une première moitié qui laisse le joueur évoluer librement (ou presque) et une seconde phase plus dirigiste. Normal, puisque la fin ne peut être "ouverte" vu qu’elle doit coller au début de S.T.A.L.K.E.R. Dans ce monde grouillant de vie, cinq factions se mettent sur le nez pour le contrôle du territoire. Ce qui génère des quêtes en temps réel en fonction du déplacement des forces amies, neutres et ennemies. Défendre une zone, prendre un point, escorter un stalker : autant d’objectifs dynamiques qui s’ajoutent à un système de quête classique. Du coup, si vous voulez vous impliquer dans la guerre pour votre faction, il y a de quoi faire ! Et votre PDA vous tient informé des rapports de force. Sur le papier, c’est beau. Mais en pratique cela déconne parfois.

Exemple type : une quête qui foire 15 secondes après qu’on l’ait reçue (impossible du coup de rejoindre les forces amies à temps). Ou encore un point à tenir en attendant des renforts qui ne viennent jamais, trop occupés à glander à 100 mètres de là. Reste que ce système s’avère immersif et riche, avec des intelligences artificielles amies comme ennemies redoutables.

Artefacts et bricolage

Le système de modification d’arme a été revu. Des mécaniciens bidouilleront vos flingues contre paiement avec une multitude d’options. Certaines s’apprenant en découvrant des clés USB.
Une seule arme peut ainsi évoluer de plusieurs façons. La chasse aux artefacts se complique aussi et introduit un détecteur afin de les localiser au cœur d’anomalies entièrement revues. Celles-ci, parfois énormes, comportent des zones mortelles ou non.
Il faudra progresser en jetant des boulons, pour voir s’ils se désintègrent, jusqu’à l’artefact à révéler. Les plus durs à atteindre s’avérant particulièrement puissants ! Le PDA a lui aussi reçu sa cure de jouvence, mais son système de gestion des quêtes n’y gagne pas en confort de prise en main. Un défaut au final minime par rapport à la qualité du soft. Une suite réussie, plus dynamique et terriblement accrocheuse.

Test réalisé par Arnaud Papeguay.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux joueurs à partir de 16 ans.
- Aux fans d’univers apocalyptiques.
- Aux amateurs de mélange FPS / jeu de rôle.
- Aux adorateurs de S.T.A.L.K.E.R. !


Vous aimerez si vous avez aimé :
- S.T.A.L.K.E.R.: Shadow of Chernobyl