Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Ridge Racer 7

Ridge Racer 7

Le précédent Ridge Racer avait fait faux bond à la PS2, au profit de la Xbox 360 et sa technologie d’avant-garde. Pour ce nouvel opus, la série de Namco repasse chez Sony mais sur PS3. Le drift fait-il toujours recette ?
Les joueurs PS2 avaient fait le deuil de Ridge Racer après le 5e opus, qui ne demeurera d’ailleurs qu’un mauvais souvenir. Tandis que Ridge Racer 6 effectuait ses premiers tours de roues sur la dernière console de Microsoft. Au fil des années et des moutures, le jeu de course de Namco a su garder une identité affirmée mais de plus en plus en décalage avec les nouvelles références de la catégorie. Que les fans se rassurent (ndr : façon de parler), Ridge Racer 7 reste dans le plus pur esprit du drift.

Glissades sur PS3

Faisons tout d’abord les présentations pour les néophytes. Ridge Racer est à classer dans la catégorie des jeux de course arcade axant leur jouabilité sur la vitesse et les dérapages à tout va. On est loin des titres plus sérieux comme Gran Turismo.
Ici, plus on dérape plus notre jauge de turbo se remplit et, plus la jauge est remplie, plus on se met sur orbite quand on lâche la nitro. La recette est simple et restait efficace jusqu’à l’arrivée des franchises Burnout ou encore Need for Speed offrant des options de jeu très variées. Pour se faire une place sur le podium, Ridge Racer 7 tente de jouer la carte communautaire avec un support généreux pour le jeu en ligne.
Le multijoueur en force

Chaque joueur a la possibilité de personnaliser son bolide (ndr : de nouvelles décos sont disponibles sur le PlayStation@Network) et de le faire concourir dans des épreuves opposant jusqu’à 14 participants, comme sur la version Xbox 360 de Ridge Racer 6. Des épreuves ponctuelles seront également mises en place, offrant des prix particuliers à gagner et les accros du chrono peuvent consulter en ligne les scores des pilotes les rapides sur chaque circuit, par catégorie de voitures, et récupérer les "fantômes" des meilleurs temps.
Le solo, quant à lui, est présenté sous la forme d’un mode carrière inédit où il faut gagner les courses à la sueur de son pilotage et obtenir des contrats avec les manufacturiers, cela en vue de débloquer parcours et voitures. A première vue, c’est du classique.
7 c’est plus grand que 6, non ?

Nous avons cédé à la tentation de confronter Ridge Racer 6, sorti il y a plus d’un an sur Xbox 360, et Ridge Racer 7 sur PS3. On ne note pas d’évolutions du point de vue de la réalisation graphique et sonore. Autrement dit, RR6 et RR7 affichent un développement similaire en terme de design et de gameplay. Une particularité intéressante de la version PS3, la possibilité d’installer le jeu sur le généreux disque dur de 60 Go, permettant alors de réduire de manière considérable les temps de chargement. Du bon sens, enfin, dans l’utilisation d’un disque dur sur console !

Cela dit, la jouabilité archaïque du soft ne séduira que les inconditionnels. Les autres s’orienteront vers Formula One ou MotorStorm. Ridge Racer 7 aligne malheureusement un traditionalisme exacerbé qui dessert la série. De la PS2 à la PS3, l’histoire se répète…

Test réalisé par Frédéric Pam.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux joueurs âgés de 3 ans et plus
- A ceux qui aiment rouler en crabe
- Aux inconditionnels de la série


Vous aimerez si vous avez aimé :
- Ridge Racer 6 sur Xbox 360