Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Red Dead Redemption

Red Dead Redemption

Les créateurs de GTA IV mettent sur les rails leur nouvelle production. La boîte à superlatifs frétille, frétille, mais tâchons de raison garder, ce n’est que du jeu vidéo ! Enfin là, ça ne va pas être facile.
Vous incarnez John Marston, un ancien hors-la-loi contraint par les agents fédéraux à faire un sale boulot. Le XXe siècle commence à peine, les Etats-Unis sont en pleine transition, et la civilisation repousse de plus en plus l’ouest sauvage de l’autre côté de la frontière mexicaine. Le marché est simple : faites disparaître les anciens membres de votre bande, et votre famille vous sera rendue saine et sauve. Le progrès est en marche, mais pas vraiment les bonnes manières... Red Dead Redemption s’ouvre sur une séquence avec une mise en scène cinématographique qui impose le respect et affiche clairement de hautes ambitions. En guise de clin d’œil à GTA IV, on y aperçoit même le déchargement d’une voiture à moteur. Le jeu revendique donc totalement sa filiation avec le dernier grand et controversé succès de Rockstar. Est-ce à dire que Red Dead Redemption serait un simple GTA IV chez les cow-boys ? Pas si sûr.Qui est votre John Marston ?

Et cela va plus loin, car où que vous soyez, vous pouvez être confronté à des événements aléatoires comme un vol, une attaque, ou une provocation en duel. Intervenez ou laissez faire, prenez le parti de la victime ou du bourreau, c’est à vous de décider ! Deux indicateurs enregistrent vos actions : la renommée et l’honneur. Vos faits d’armes augmentent le premier, tandis que votre comportement influence le second. Soyez un saint et les commerçants et les braves gens vous seront favorables, comportez vous comme une ordure, et seuls les chacals et les hors-la-loi vous feront les yeux doux. Rien n’est irréversible, les jauges montent et descendent. A vous de faire de John Marston le personnage dont vous rêvez, mais attention, ensuite, il faut en assumer les conséquences. En effet, plus votre tête est mise à prix, et plus les fines gâchettes de l’ouest vont s’intéresser à vous. Red Dead Redemption implique beaucoup plus le joueur dans son personnage que GTA IV, lui permettant de développer des capacités particulières, et d’adopter une posture de bon ou de mauvais garçon.

Des atouts plein les manches

L’impressionnante puissance technique déployée dans le jeu est mise au service de la cohérence et de la crédibilité de son univers, vous donnant l’impression de n’être qu’un homme parmi d’autres, qu’ici, c’est la nature qui gouverne, et il suffit de se faire dévorer par une meute de coyotes la nuit pour s’en persuader. Des personnages charismatiques avec des voix incroyables, une modélisation fine et réaliste, des effets météo hors du commun et une musique soulignant l’action sans jamais être pénible, rien n’a été laissé au hasard. Sans révolutionner le genre, Red Dead Redemption entraîne malgré tout le système de monde ouvert sur un nouveau terrain, plus riche, et dans lequel le joueur possède un plus grand pouvoir de décision, notamment sur l’orientation qu’il souhaite donner à son personnage. C’est au plaisir ressenti que l’on reconnaît les jeux d’exception, et ici, pour un détail dans une animation, pour une lumière dans un certain décor, ou pour un tournant du scénario, vous allez d’émerveillements en surprises, tantôt contemplatif, tantôt hyper-actif, et toujours avec le sentiment de vivre une expérience forte. Red Dead Redemption est un jeu exceptionnel, jubilatoire et obsédant, à ne surtout pas rater.

Test réalisé par Mathias "Pied Tendre" Lavorel.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- A un public mature de plus de 18 ans qui aime les cow-boys, mais pas forcément.
- Aux joueurs et joueuses de plus de 18 ans qui ont une bonne habitude des jeux vidéo et qui cherchent une expérience de jeu forte et intense.
- A celles et ceux de plus de 18 ans qui ont aimé la saga GTA.

Vous aimerez si vous avez aimé :
- Red Dead Revolver sur la génération de consoles précédente.
- Grand Theft Auto IV