Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Rayman Legends

Rayman Legends

Il n’a toujours pas de bras mais tape fort. Il n’a toujours pas de jambes mais court vite. Et cela tombe bien car Rayman, véritable Sisyphe de la mythologie d’Ubisoft, doit une fois encore sauver les Ptizêtres de leur infortune.
On a souvent tendance à dévaloriser la profession de victime parce qu’elle ne nécessite aucune formation. Pourtant, il s’agit d’un job crucial. Si 700 ptizêtres ne se faisaient pas docilement enlever, pas d’expédition de sauvetage, pas de héros, pas de jeu. Respectons donc un dixième de seconde de silence en l’honneur de ces martyrs qui souffrent pour notre plaisir.

Pas de tout repos

Et du plaisir, vous allez en prendre avec ce jeu de plateforme, car si cette suite reprend énormément d’éléments de son ainé, elle a l’intelligence de se focaliser sur la diversité. Rayman demeure un modèle d’accessibilité avec ses commandes se résumant à courir, sauter et frapper. Ponctuellement, la "mouche" Murfy abandonne son rôle de guide pour passer sous votre contrôle, vous permettant d’interagir avec des éléments du décor pendant que le héros progresse.Si l’on joue à plusieurs, cette division des tâches apporte un plus amusant nécessitant une réelle connivence entre les joueurs, surtout lorsque les choses s’accélèrent. Par contre, en solo, l’expérience devient vite frustrante. On ne contrôle en effet que Murfy, le héros se déplaçant seul, guidé par une intelligence artificielle au comportement variable. Non seulement Rayman cesse alors d’être un jeu de plateforme, mais l’on se voit privé du plaisir de l’exploration et il est impossible de revenir sur un élément que l’on aurait raté car l’IA continue inexorablement sa progression. Des phases frustrantes qui n’interviennent heureusement que ponctuellement. Toujours est-il que comme dans Origins, c’est avant tout la structure des niveaux qui change et apporte constamment de la variété. Ici on plane, là on nage, plus tard on escalade. Parfois il faut creuser dans des gâteaux, échapper à des hordes d’horribles bestioles aux dents aiguisées, se la jouer infiltration, slalomer entre des systèmes de sécurité, affronter d’énormes boss, repousser des vagues d’ennemis dans un ascenseur, s’orienter dans un labyrinthe…

En douceur

Le plaisir est constant d’autant que les commandes ont encore gagné en précision et que la courbe de difficulté s’avère très douce. En réalité, finir les niveaux en délivrant tous les ptizêtres et en ramassant les quantités requises de lums relève avant tout de la patience et de l’observation. Les amateurs de défis se tourneront eux vers les contre-la-montre. Contrairement au précédent opus, ils se déroulent désormais dans des niveaux spécifiques et nécessite une réelle maitrise des petites subtilités de gameplay pour parfois arracher la victoire à quelques centièmes de seconde, notamment face à votre double maléfique. Et si tout cela ne vous suffit pas, vous pourrez débloquer des niveaux "revisités" de Rayman Origins qui rallongent une durée de vie déjà assez impressionnante.

Plein les yeux, plein les oreilles

Rayman Legends impressionne aussi par sa réalisation. Le jeu n’est pas simplement "mignon" comme tant d’autres de ses congénères 2D. Non, il parvient régulièrement à susciter une réelle sensation d’émerveillement. On prend véritablement plaisir à découvrir certains niveaux de toute beauté ou entendre certaines bandes-son absolument fabuleuses. Un mariage qui vire à la synesthésie lors de niveaux musicaux où l’agencement des plateformes et des ennemis sont définis pas la musique. Vous devrez même parcourir des versions 8-bit de ces zones où d’atroces filtres visuels vous obligent à guider vos actions à l’oreille. L’humour reste évidemment omniprésent à travers de petites saynètes et des détails rigolos. On profite tout simplement de la bonne humeur communicative que dégage le jeu, seul ou avec des amis. Et c’est donc sans mal que Legends rejoint Origins au panthéon des jeux de plateforme.

Test réalisé par Frédéric Dufresne.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux amateurs de plateforme âgés de 7 ans et plus.
- Aux fans de Rayman.
- A ceux qui veulent un jeu qui donne le sourire.

Vous aimerez si vous avez aimé :
- Rayman Origins sur PS3.