Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Rayman DS

Rayman DS

Avec son écran tactile, les mains ont vraiment la parole sur DS. Rayman et ses menottes baladeuses semblaient donc tout désignés pour le lancement de la console. Les évidences sont parfois trompeuses.
Pour tout ceux qui connaissent Rayman, en regardant la boîte dans votre magasin préféré, les captures d'écrans vous sembleront familières, et l'évocation des pirates, sur la jaquette, finira de vous remettrent les idées au clair. Ce n'est pas un épisode inédit que vous avez entre les mains, mais Rayman 2, celui-là même qui défraya la chronique en 1999. Pour les autres, un petit tour d'horizon préalable est nécessaire et indispensable pour que vous puissiez comprendre ma déception face à ce portage.

L'aventure c'est l'aventure

Rayman, bien qu'emprisonné par des pirates et privé de ses pouvoirs, est le seul capable de sauver le monde du chaos. La petite fée Ly envoie Globox, un personnage décalé, simple d'esprit mais très attachant dans une ultime tentative de le délivrer. Au fil de l'aventure, le héros va retrouver sa puissance, et ses capacités vont s'étoffer, enrichissant le gameplay dans une histoire vivante et riche en rebondissements. L'univers, dont chaque détail a été peaufiné, est cohérent, riche et drôle, tirant parti du personnage au physique aussi dérangeant qu'atypique. La lecture des aventures est souvent possible au premier ou au deuxième degré, ce qui permet aussi bien aux enfants qu'aux plus grands, de prendre du plaisir à en lire les dialogues délirants, et en suivre le parcourt biscornu. La réalisation et la jouabilité de la version originale s'imposèrent comme des modèles du genre, de ceux dont on pense qu'ils traverseront les années. Perdu, tout est de retour dans ce portage DS, mis à part la jouabilité, et pour un jeu de plate-forme, c'est le début de la fin.
Un peu de tact je vous prie

Le système de contrôle du personnage est double, la croix directionnelle, ou de l'écran tactile. Sur l'écran est dessiné un stick analogique, dont on peut choisir une grande ou une petite taille, et dont on détermine la position dans l'espace, en fonction de la longueur de ses phalanges. Toute la surface est disponible, on pourrait donc placer le stick virtuel pour jouer en droitier ou en gaucher, sauf que les boutons d'actions ne sont pas modifiables : c'est donc impossible. Pour le reste c'est du grand classique, on peut frapper, sauter et déplacer la caméra suivant ses besoins. Tout est là pour nous mettre en confiance, malheureusement après différents tests, que ce soit avec le pouce, le stylet ou la sangle, déplacer Rayman s'avère pénible. Le stick virtuel est fixe, et l'on a beau réajuster sa position sur l'écran tactile, la main conductrice ne reste jamais vraiment au même endroit pendant une partie. Il devient alors rapidement difficile d'être précis, et c'est le début de la fin. De dépit, on en revient à la croix directionnelle, qui a la sensibilité d'un catcheur de la WWE, et qui ne permet que de courir. L'écran tactile ne sert à rien d'autre qu'à afficher des informations qui pourraient tenir dans l'écran du haut : la barre de vie, le nombre de cage à détruire ainsi que le nombre de lums jaunes.

Tout petit, peut-être même trop petit

Un des problèmes majeurs d'un portage sur console portable est la lisibilité du jeu, et là, nous n'y coupons pas. Comme dans Super Mario 64 DS les graphismes pixellisent un peu, mais ici, ça pause un souci.
On ne peut profiter de toute la richesse, et des nombreux détails du décor et des animations, pourtant présents, mais identifiables que par les joueurs connaissant le titre. Rayman, par exemple, détruit les énormes dents des barracudas, qui font une tête poilante alors que leurs râteliers se réduisent à une pluie d'émail. Sans connaître le titre, il n'est pas possible de se rendre compte de ce que l'on rate. C'est un exemple parmi d'autres, et lorsque l'on a aimé le titre, il est encore plus difficile de jouer à cette version, qui fait d'un grand hit, un jeu de plate-forme sympa.
Test réalisé par Mathias Lavorel

Avis de la rédaction

A qui s'adresse ce jeu ?
- A ceux qui ont retourné Super Mario 64 DS et qui sont en manque d'un autre jeu de plate-forme
- A ceux qui sont comme Saint Thomas, et qui ne croient que ce qu'ils voient
- A ceux qui sont fans de Rayman


Vous aimerez ce jeu si vous avez aimé :
- Asphalt, si on ne peut plus plaisanter...