Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Rayman 3 Hoodlum Havoc

Rayman 3 Hoodlum Havoc

Si je vous dis qu'il n'a pas de bras, pas de jambes, et qu'il parvient pourtant à être partout en même temps... Vous aurez compris que quelques semaines après le GameCube et le GBA, Rayman poursuit sa brillante carrière sur PlayStation 2.
Un nouveau fléau vient de s'abattre sur la Croisée des rêves. Son nom : André, un lums qui a mal tourné , son objectif : assouvir sa folie des grandeurs en levant une armée de hoodlums pour conquérir la planète. Le décor est planté, c'est parti pour une nouvelle aventure en compagnie de la mascotte d'Ubi Soft , on ne va d'autant pas se faire prier qu'abstraction faite de Rayman M, la dernière apparition inédite de la star des jeux de plate-forme remonte à l'époque de la Dreamcast.

Mais quelle mouche le pique ?

Une mouche en guise de coach, et qui en plus se permet de charrier son élève, de remettre en cause le contenu du booklet d'instruction et la profondeur du scénario... Dès les premiers pas dans le jeu, Rayman 3 se place sous le signe du sarcasme et d'un humour débridé, plus proche de Jak & Daxter ou de Ratchet & Clank que des précédents Rayman, une évolution surprenante qui fait, en partie, le charme du soft. Après Murfy la mouche, c'est Globox, le meilleur pote de Rayman qui assure la relève. Ce dernier l'accompagne tout au long de son périple.
De landes verdoyantes en marais boueux en passant par un temple hanté... Les deux comparses voyagent à travers 11 mondes, vastes, lumineux, hauts en couleurs, truffés de détails devant lesquels on ne cesse de s'extasier : gouttelettes venant s'écraser contre l'écran, reflets des persos dans les miroirs, etc. Oh ! Ah ! Que c'est zoli !
Quand Rayman joue les super héros

Mais les changements ne se limitent pas à l'ambiance, les aptitudes du perso, elles aussi, ont été révisées à la hausse. En plus de sauter, grimper, nager, se suspendre, déplacer des objets, utiliser ses oreilles pour voler, lancer son poing pour buter les méchants, etc. Rayman revêt différents costumes de super héros lui permettant de s'équiper de torpilles, de grappins en métal, d'un casque hélico, de poings surpuissants. Ces options apparaissent sous forme de boîtes de conserve, après avoir battu un ennemi ou délivré un ptizêtre, et sont vitales à la progression vu qu'elles servent autant à filer une raclée aux hoodlums qu'à libérer des passages. Leur usage étant de courte durée, il ne faut pas traîner... Une démarche pas toujours évidente car si maniabilité du perso est quasi-parfaite, les angles de vue, eux, sont souvent médiocres, et certains passages requièrent pas mal d'entêtement... Grrr !

De nombreux bonus à la clef

Ça n'est pas un hasard si Rayman s'est vu affublé de super pouvoirs. Les phases de baston sont plus récurrentes que par le passé, les ennemis sont nombreux, agressifs, et l'équipe d'Ubi a fait preuve d'une réelle imagination dans la conception des boss. De plus, bousiller les hoodlums est un moyen imparable (en plus de la récolte de joyaux) pour amasser des points et débloquer les bonus. Parcours de glisse, vidéos, et nombreux mini jeux (tir sur cible, plate-forme 2D, tennis, etc.),
qui, malgré leur qualité inégale (l'intérêt et la jouabilité de certains se révélant discutables), restent une motivation pour compléter les niveaux dans leur intégralité, tout en conférant au soft une bonne longévité malgré l'absence de compatibilité avec un autre support (comme c'est le cas pour la version GameCube).
Rayman 3 est donc une belle réussite, et sans ses fichus angles de caméra qui gâchent un peu le plaisir de jeu, le soft aurait pu tabler sur un 18.

Test réalisé par Carine Larsen

Avis de la rédaction

A qui s'adresse ce jeu ?
- Aux fans de la série
- Aux aficionados de jeux de plate-forme
- A ceux qui voulaient du changement dans l'univers Rayman


Vous aimerez si vous avez aimé :
- Rayman 2 : Revolution