Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Prison Break

Prison Break

La plus populaire des saisons de Prison Break, à savoir la première, est adaptée en jeu vidéo. Direction le pénitencier dans la peau de l’agent Paxton afin de surveiller un détenu. Mais très vite, c’est tout un complot que vous devrez élucider.
Bienvenue en prison, agent Paxton. Votre mission est de surveiller, pour le compte du Cartel, Michael Scofield qui semble mettre en place un plan d’évasion pour son frère lui-même derrière les barreaux. Devenir son ami et l’aider, voici ce qui est prévu. Pour cela, il faudra vous imposer en prison, entre gardes corrompus et détenus au pédigrée douteux. L’action se déroule à la 3e personne et vous devrez rendre des services aux autres détenus afin d’obtenir les faveurs permettant d’être au bon endroit, au bon moment. Hélas, l’action se montre très linéaire et peu palpitante. Dans la peau de son avatar, on marche tel un robot bien raide au milieu de détenus et de gardes aux animations aussi peu crédibles, dans des décors un peu trop ternes (d’accord, c’est la prison…). Régulièrement, on doit accéder à des zones interdites de la prison avec autant de facilité qu’on boit un café (vive la sécurité) puisque tout se résume à contourner des gardes à l’intelligence digne d’une huître avariée, suivant des patrouilles prévisibles et toujours identiques. Le comportement des gardes répond à des scripts qui ne se déclenchent que selon certaines actions… Triste !Ramollo

Le gameplay se montre aussi très minimaliste, puisque basé essentiellement sur des actions contextuelles limitées (escalader, ouvrir un conduit d’aération, etc.) et dont des animations semblent manquantes. On voit ainsi Paxton passer sans transition d’une échelle à l’intérieur d’un faux plafond sans franchir la trappe ouverte par nos soins. Le jeu propose beaucoup de QTE (ndr : Quick Time Event) qui s’avèrent ratés et presque injouables. Les combats ne relèvent pas la sauce puisque limités à taper avec les poings (un coup faible, un coup puissant). En dépit de blocages et de contres, ils se montrent statiques et peu palpitants. Notre agent secret n’a rien du style explosif qu’on peut attendre d’un espion. S’adonner à la musculation et au sac de frappe ne "booste" que votre force afin de tomber les adversaires plus rapidement, que ce soit lors de combats organisés pour de l’argent, ou nettement moins prévus en pleine pagaille. En somme, le mérite de Prison Break c’est de vous faire revivre les instants forts de la saison 1. Et ce vu depuis une nouvelle perspective. Parce que pour le reste, ce titre n’a pas de quoi rester dans les annales.

Test réalisé par Arnaud Papeguay.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux joueurs âgés de 16 ans
- Aux fans de la saison 1 de Prison Break
- A ceux qui aiment les QTE tordus

Vous aimerez si vous avez aimé :
- La série télévisée