Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Prince of Persia Rival Swords

Prince of Persia Rival Swords

Malgré son contrôleur original, la Wii peine à trouver des titres inédits, collectionnant des "Wiimake" de titres déjà sortis sur les anciennes consoles. Pire, ces conversions sont souvent bâclées, mais il y a des exceptions…
S’il partage le nom de la version PSP, ce Rival Swords sur Wii offre exactement le même contenu que l’opus Les deux royaumes, sorti sur GameCube fin 2005. On y retrouve donc notre fameux prince de Perse regagnant sa ville natale de Babylone pour la découvrir en proie aux flammes et à la guerre.

Le coté obscur

Ce troisième épisode se charge de faire oublier les égarements du précédent. Le gothique laisse la place à une ambiance "Mille et une nuits", l’île vide à une citée animée et la forteresse étouffante où l’on multipliait les allers-retours disparaît au profit de zones ouvertes sans cesse renouvelées. Notre héros, malgré le lourd destin qui charge ses épaules, affiche toujours une forme olympique lui permettant d’enchaîner avec grâce et fluidité les acrobaties les plus impressionnantes.
Le système de combat, lui aussi très athlétique, permet de varier les coups, d’alterner entre les projections, les appuis, l’utilisation d’armes doubles (dont le jet d’arme secondaire) et les contres, tout en ayant une sensation de contrôle total.
Deux grosses nouveautés à noter. D’abord l’apparition d’une attaque furtive. Capable d’abattre rapidement plusieurs adversaires si vous réussissez une série de coups, elle nécessite cependant d’être lancée depuis un point stratégique, sans être repéré, ce qui change la façon d’appréhender les niveaux. Ensuite, l’apparition d’un double maléfique, qui ne se manifeste qu’en des moments précis et limités. Outre sa force dévastatrice et sa chaîne rappelant un certain Kratos, le Dark Prince génère un agréable stress, sa vie diminuant constamment si vous ne trouvez pas de sable.

En cette fin 2005…

Pour le reste, on retrouve les pouvoirs de manipulation du temps, les nombreux pièges à éviter et mécanismes à activer, l’ajout de quelques éléments acrobatiques (dalles à ressort par exemple) ainsi que des intermèdes sympathiques sous forme de courses de chars. Le résultat est d’une qualité indéniable, malheureusement un peu minée par la réalisation inégale du titre. Non seulement cette version ne corrige pas les problèmes initiaux, mais en plus, elle souffre des affres du temps.
Ainsi, si le design architectural demeure très agréable, la modélisation anguleuse des personnages, les textures parfois un peu brouillonnes ou les petits bugs de collision sont indignes de la Wii. Idem pour l’ambiance sonore, simplement exécrable en terme de bruitage et mal calibrée au niveau musical.
Au doigt et à l’œil

Cela dit, cette version Wii, à l’instar de The Legend of Zelda : Twilight Princess, prouve que la télécommande s’adapte parfaitement à de "véritables" jeux. La Wiimote et le Nunchuck bénéficient d’une utilisation bien pensée, chacun servant à manier l’arme de la main correspondante (vu que l’on en a souvent deux). Comme d’habitude, le mouvement n’est pas reproduit, juste l’impulsion, mais la sensation est bonne. Les acrobaties sortent avec naturel et la caméra, essentielle, s’avère impeccablement gérée. Bref, même si PoP a légèrement vieilli et que la sortie quasi simultanée avec God of War II lui porte ombrage sur PS2, il demeure un excellent titre qu’il est plaisant de découvrir à la Wiimote.

Test réalisé par Frédéric Dufresne.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- Aux joueurs de plus de 16 ans (même s’il s’agit d’une version expurgée)
- Aux fans de la nouvelle série des Prince of Persia
- Aux amateur de plates-formes / action


Vous aimerez si vous avez aimé :
- Prince of Persia Les deux Royaumes sur GC