Le projet micromania-zing . découvrir !
Menu

Prince of Persia : Les Sables Oubliés

Prince of Persia : Les Sables Oubliés

La Wii n’est pas une console comme les autres, c’est pourquoi les nouvelles aventures du prince de perse sont différentes de celles des autres supports. Mais pourquoi garder le même titre ? Mystère...
Un génie aux allures de fée clochette, un royaume dévasté, une force maléfique, une princesse à sauver, il n’en faut pas plus pour amorcer une nouvelle aventure de la série Prince of Persia. Bien qu’il porte le même nom, sur Wii, Les Sables Oubliés est différent. La bonne nouvelle, c’est que le jeu est spécialement développé pour la console, il exploite donc bien mieux les capacités de la machine qu’un simple portage. La présence d’un petit personnage volant, exclusif à cette version, en est la preuve. Non seulement il sert de point de départ à l’histoire, mais il justifie surtout un aspect de la jouabilité. En effet, le génie n’est rien moins à l’écran que le curseur de la Wiimote. Cette petite astuce donne de la cohérence à l’ensemble du jeu, et confère aux phases de plateforme une lisibilité fort appréciable.

Le domaine du possible
Le placement de la caméra, l’orientation du stick, l’évaluation des distances, nombreux sont les pièges qui peuvent rendre pénibles des phases de plateforme. Ici, oubliez tout ça ! Pointez le curseur sur l’endroit que vous cherchez à atteindre, si l’action est possible, la partie visée brillera. En revanche, si vous êtes mal orienté, trop bas ou trop haut, la cible restera désespérément normale, indiquant que votre tentative est vouée à l’échec. C’est ça l’effet génie. Rassurez-vous, rien ne vous oblige à utiliser cette béquille, et celles et ceux qui le souhaitent, pourront tout à fait agir à l’instinct. Au fur et à mesure de l’aventure, le prince développe de nouvelles compétences. Par le biais de son curseur il pourra alors, à distance, déclencher des mécanismes, ensabler des ennemis, créer des tourbillons d’air voire des anneaux pour s’y suspendre : c’est le deuxième effet génie. La Wiimote remplie son rôle à merveille et donne beaucoup de souplesse et de maniabilité aux phases de plateforme.

Un gant de fer, et une épée... de fer aussi

Le prince de perse n’est pas qu’un acrobate émérite, c’est aussi un habile guerrier. Il possède un gant de fer pour la parade, et une épée pour l’attaque. Ses mouvements et ses combos s’enrichissent au fil du temps pour parvenir à une forme de combat visuellement impressionnante, et terriblement efficace. Cependant, si le résultat à l’écran est stupéfiant, la réalisation des gestes, elle, ne relève pas d’une précision monstre, bien au contraire. Il faut agiter la Wiimote, secouer le Nunchuk, voire les deux simultanément. La plupart des joueurs et les débutants apprécieront de ne pas à avoir à se compliquer la vie, mais les puristes du contrôle éprouveront une grande frustration lors de ces phases de combats à la bonne franquette. Côté intelligence artificielle, ce n’est pas risible, mais il n’y a pas non plus de quoi s’extasier. Vous l’aurez compris, ces moments ne sont donc pas les meilleurs. Heureusement, pour relever le niveau, certains boss nécessitent d’un peu d’observation, de jugeote et de réactivité.

C’est sympa

Plateforme, combats et petites énigmes, la recette de ce nouveau Prince of Persia est éprouvée depuis longtemps. Seule la jouabilité apporte un réel plus, ouvrant ainsi la porte des Sables Oubliés à un plus large public qui n’aura pas besoin d’un master en jeu vidéo, spécialité contrôle de la manette, pour se faire plaisir sur un bon jeu d’action plateforme. Dommage cependant qu’à ce niveau-là de son évolution, la série ne soit pas plus audacieuse.

Test réalisé par Mathias Lavorel.

Avis de la rédaction

A qui s’adresse ce jeu ?
- A un public de plus de 12 ans, de préférence sans véritable intérêt pour la série.
- Aux joueurs et joueuses qui cherchent un jeu de plateforme action plutôt facile qui mélange aux phases de plateforme des combats et des énigmes pas trop difficiles.
- A celles et ceux qui aiment le prince de perse quoiqu’il fasse.

Vous aimerez si vous avez aimé :
- Rival Sword en bien moins racé.